Le chef de cabinet de Donald Trump blâme les réseaux sociaux après la fusillade d'El Paso

Mick Mulvaney a évoqué de la récente fusillade à El Paso sur ABC News. Cheriss May/NurPhoto via Getty Images

Le chef de cabinet de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a évoqué le rôle potentiel des réseaux sociaux dans des événements tels que la fusillade de samedi à El Paso lors d'une interview sur ABC News. "Nous avons offert une large audience à ces gens, nous avons fait d'eux des célébrités, nous leur avons permis de cracher leur haine sans aucune restriction", a dit Mick Mulvaney au sujet des réseaux sociaux, faisant référence au manifeste que le tireur texan semble avoir posté en ligne. Mick Mulvaney a poursuivi : "Je ne dis pas que nous allons réglementer les réseaux sociaux, je dis plutôt que nous allons avoir une grande discussion sur les causes."

"Allons-nous parler du rôle des armes à feu ? très certainement", a-t-il ajouté. "Mais penser que ce n'est qu'une question d'armes à feu, comme beaucoup de gens le prétendent, n'est pas juste. Nous avons des armes dans ce pays depuis des centaines d'années, nous n'avons pas eu ce genre d'événements jusqu'à récemment et nous devons comprendre pourquoi."

En réponse à Beto O'Rourke, candidat démocrate à l'élection présidentielle, qui a récemment déclaré que le président Donald Trump utilisait une rhétorique qui "alimente le racisme", Mick Mulvaney a déclaré : "Il n'y a aucun avantage à essayer de faire de cette question une question politique. C'est une question sociale et nous devons l'aborder comme telle." Mick Mulvaney a ajouté que le tireur éprouvait des sentiments négatifs avant que Donald Trump ne devienne président, et a déclaré que le culpabilité devait être imputée "à ceux qui ont appuyé sur la détente".

"Nous devons trouver un moyen de créer moins de personnes de ce genre en tant que société et ne pas essayer de déterminer qui sera blâmé lors des prochaines élections", a-t-il dit. Mick Mulvaney a renforcé sa position, en expliquant : "C'est un problème grave... mais ce sont des malades, des personnes malades et le président le sait. Je ne pense pas qu'il soit juste d'essayer de faire porter le chapeau au président."

Kellyanne Conway, conseillère du président Donald Trump, a également commenté les fusillades et les insultes qui ont été proférées sur les réseaux sociaux. "Nous devons nous unir, l'Amérique," a-t-elle tweeté. "Il est facile de pointer du doigt, d'insulter et de crier avec vos claviers, mais..... Cela ne résout aucun problème, ne sauve aucune une seule vie. Travailler ensemble pour comprendre le mal et éradiquer la haine est le devoir de chacun. L'unité. Allons-y."

Version originale : Business Insider / Antonio Villas-Boas

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump imprime les tweets à son sujet qu'il apprécie, les signe et les envoie à leurs auteurs

VIDEO: Cette startup française fait pousser des fraises en ville dans d'immenses containers hermétiques — voici à quoi ils ressemblent de l'intérieur