Le cofondateur de Netflix explique comment est né ce qui n'était au départ qu'un service de location de DVD

Le cofondateur de Netflix Marc Randolph lors d'un événement à Phoenix. Gage Skidmore/Wikimedia Commons

Netflix n'a presque plus rien à voir aujourd'hui avec le vidéo club qu'il était à ses débuts, comme l'a raconté son cofondateur Marc Randolph à Business Insider US dans une interview. L'entrepreneur, qui a également été le premier DG de Netflix, a fouillé dans les archives de l'entreprise pour écrire son livre, "That Will Never Work : The Birth of Netflix and the Amazing Life of an Idea", à paraître ce mardi aux États-Unis.

Netflix se présentait comme un vidéoclub lors de son lancement en 1998. L'entreprise mettait en avant son côté pratique et sa collection complète de DVD. Aujourd'hui, les DVD représentent une infime partie de l'activité de Netflix, qui diffuse en streaming des séries et des films dans le monde entier et qui devrait dépenser jusqu'à 15 milliards de dollars en contenu cette année. Mais ce n'est pas l'idée qui a attiré les investisseurs de Netflix, a expliqué Marc Randolph. "Ton idée est pourrie", raconte Marc Randolph. "Ton idée ne vaut rien. Le vrai talent c'est de trouver un moyen rapide, facile et bon marché de démontrer que ton idée est viable."

Pendant les premiers pitchs, Netflix était présenté comme une vidéoclub aux investisseurs, employés et autres parties prenantes

Les premières présentations de Netflix aux investisseurs, aux employés et aux autres parties prenantes à la fin des années 1990 ont établi l'entreprise comme un vidéoclub, avec des dates d'échéance et des frais de retard comme tous les autres. Sauf que Netflix vous épargnait le trajet jusqu'au magasin chaque semaine en vous permettant de passer vos commandes en ligne et de recevoir les films par la poste.

L'entreprise faisait aussi la promotion de sa collection complète de DVD. Marc Randolph dit que Netflix a mis un point d'honneur à obtenir chaque film disponible sur DVD à l'époque - environ 970 au total - afin de pouvoir dire qu'il les vendait tous. "On était en mesure de dire que nous avions tout", dit Marc Randolph. "On espérait que l'aspect pratique du service et cette sélection de films seraient suffisants pour compenser le fait que vous deviez attendre 48 heures pour que votre DVD arrive."

A lire aussi — Vous n'avez pas besoin d'un Bac+3 pour travailler chez Apple, Google ou Netflix

Marc Randolph a déclaré aux employés en mai 1998 que Netflix avait l'ambition de devenir l'une des 10 plus grandes chaînes de vidéo d'ici trois ans. "Ce qui, bien sûr, n'était pathétiquement rien", dit Marc Randolph. "C'est toujours incroyablement drôle de se dire que c'était ça l'objectif de Netflix à l'époque, et de voir à quoi ressemble Netflix maintenant."

Ce qui compte c'est la personne, pas l'idée

Ce ne sont pas les idées elles-même qui ont fait le succès de Netflix, explique Marc Randolph. Il s'agissait avant tout de montrer qu'il pouvait faire marcher ces idées. "Ce qui compte c'est la personne, pas l'idée", a dit Marc Randolph. "Ce que vous devez vraiment prouver, c'est que vous savez que vous allez devoir essayer beaucoup de choses. Vous devez prouver que vous avez à la fois la persévérance nécessaire pour continuer d'essayer, et la créativité nécessaire pour trouver de nouvelles idées."

Marc Randolph et son cofondateur Reed Hastings ont eu l'idée de livrer des DVD pendant un co-voiturage, lors d'une de leurs séances quotidiennes de brainstorming à Santa Cruz, en Californie. Pour pitcher Netflix, ils avaient l'habitude de raconter comment ils ont testé leur idée en achetant un CD de la chanteuse de country américaine Patsy Cline dans un magasin de disques vintage, en le postant dans une enveloppe d'anniversaire rose et en l'envoyant chez Reed Hastings, en Californie. Le lendemain matin, Reed Hastings avait le CD entre les mains, intact. 

A lire aussi — Les 10 films avec lesquels Netflix espère remporter des Oscars cette année

Le modèle de Netflix a aussi beaucoup évolué à ses débuts. Les ventes de DVD ont été le principal moteur de revenus de l'entreprise au cours de ses premières années d'existence, la location ne représentait qu'une petite partie de ses activités. En 2000, Netflix s'est transformé en offre d'abonnement pour créer un flux de revenus plus régulier. Cette évolution a aidé à montrer aux investisseurs que Netflix était souple et n'avait pas peur de faire des changements quand quelque chose ne fonctionnait pas.

Aujourd'hui, les entrepreneurs peuvent rapidement et à peu de frais créer des sites Web et des applications pour expliquer et démontrer leurs idées, a dit Marc Randolph, en ajoutant que ces derniers constituent de meilleurs outils de présentation que les "pitch deck".

"J'aurais aimé que nous n'ayons pas eu à faire de pitch decks, parce que c'était une perte de temps et ça en est toujours une aujourd'hui", assure Marc Randolph. "Ce que vous racontez dans votre pitch ne prend pas forme dans la vraie vie."

L'histoire de la création de Netflix est en partie un mythe 

Plus tard, Reed Hastings s'est mis à raconter que l'idée de Netflix était née après qu'il a accumulé 40 $ de frais de retard pour le film "Apollo 13". La véritable histoire de la création de Netflix, comme Marc Randolph le raconte en détail dans son livre, était en réalité bien plus complexe et nuancée. Ce n'est pas parti d'un moment très drôle. Mais Marc Randolph dit que l'histoire des débuts de Netflix devenue célèbre servait un but : les gens pouvaient s'y identifier sur le plan émotionnel. C'était une bonne histoire.

"Le conseil que j'ai donné à Reed était : crée du lien", raconte Marc Randolph, en ajoutant qu'il a aidé Reed Hastings à affiner ses talents d'orateur avant Netflix. "Le conseil que je donne aux entrepreneurs qui lancent des projets est le même : créez du lien. Utilisez une histoire pour créer un lien avec votre audience."

Cet article d'Ashley Rodriguez a d'abord été publié sur Business Insider Prime

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Netflix : une extension pour faire croire que vous êtes en visioconférence alors que vous regardez une série

VIDEO: Ce distributeur automatique de voitures permet de tester un véhicule avant de l'acheter