Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le coronavirus pourrait disparaître en avril comme l'espère Donald Trump, mais pas pour toujours


Le président Donald Trump a lancé lundi une prédiction optimiste sur le coronavirus : "Beaucoup de gens pensent qu'il va disparaître en avril, avec la chaleur qui s'installe", a-t-il déclaré. S'adressant aux gouverneurs américains à la Maison Blanche au sujet du coronavirus, le président a ajouté : "J'ai eu une longue discussion avec le président Xi — pour les personnes présentes dans cette salle — il y a deux nuits de cela, et il est très confiant. Il estime que, comme je l'ai déjà dit, en avril ou au cours du mois d'avril, la chaleur fera son oeuvre et tuera ce type de virus. Depuis que l'épidémie de coronavirus a commencé à Wuhan, en Chine, en décembre, elle a tué au moins 1 000 personnes et en a infecté plus de 42 600 dans 26 pays, dont les États-Unis.

Les espoirs de Donald Trump et Xi Jinping de voir le virus s'atténuer au cours des mois les plus chauds de l'année ne sont pas infondés. Amesh Adalja, expert en maladies infectieuses au Johns Hopkins Center for Health Security, avait déjà déclaré à Business Insider US que les quatre coronavirus qui circulent dans la population — des virus qui provoquent de légers rhumes — ont un caractère saisonnier, tout comme la grippe. Le nombre de cas de ce nouveau virus "pourraient donc se calmer à la sortie du printemps et à l'entrée de l'été", a déclaré l'expert. Mais cela ne veut pas dire qu'il disparaîtrait à jamais. Il est fort probable que le virus disparaisse au printemps et durant l'été puis revienne en automne et en hiver.

"Si vous regardez la trajectoire du virus et comment il se répand dans les communautés, couplé au fait que nous avons affaire à des coronavirus chaque année pendant la saison de la grippe et du froid, ces facteurs indiquent que ce coronavirus devient un virus saisonnier", expliquait Amesh Adalja.

'Le cinquième coronavirus communautaire'

La déclaration du président américain fait écho à un tweet qu'il a posté ce vendredi après s'être entretenu avec le président chinois. "Il estime qu'ils gèrent très bien, même en construisant des hôpitaux en quelques jours seulement. Rien n'est facile, mais... il va réussir, surtout lorsque le temps commencera à se réchauffer et que le virus, espérons-le, s'affaiblira, puis disparaîtra", a tweeté Donald Trump.

La semaine dernière, S&P Global (une entreprise américaine spécialisée dans l'information et l'analyse financière) a fait une prédiction similaire, estimant que l'épidémie de coronavirus "se stabiliserai au niveau mondial en avril 2020, avec pratiquement aucune nouvelle transmission en mai". Et d'ajouter : " Dans le pire des scénarios, le virus cessera de se propager fin mai. Dans le meilleur des cas, ce sera en mars".

À lire aussi — 11 choses à savoir sur le coronavirus

Le coronavirus, dont le nom scientifique est 2019-nCoV, est une maladie respiratoire avec des symptômes de type pneumonie. Il se propage par la toux et les contacts étroits entre les personnes. Les quatre autres coronavirus qui sont endémiques — c'est-à-dire présents en permanence — au sein la population mondiale provoquent tous des rhumes courants, bien que chacun puisse causer une pneumonie et la mort dans de rares cas.

Reuters

Selon Amesh Adalja, le nouveau virus pourrait facilement devenir membre du club des coronavirus endémiques en circulation constante. "Nous devons nous préparer à ce que ce virus devienne le cinquième coronavirus communautaire", a-t-il déclaré. Cela signifie que le virus réapparaîtra probablement plus tard dans l'année.

Pourquoi le coronavirus pourrait devenir saisonnier, à l'instar de la grippe

Le virus de la grippe "survit mieux dans des températures fraîches et sèches", a déclaré à Insider Amanda Simanek, épidémiologiste à l'université du Wisconsin à Milwaukee. C'est une question de saison, car les températures plus fraîches contribuent à durcir la couche protectrice de type gel qui entoure le virus lorsqu'il est dans l'air. Une enveloppe plus résistante lui permet de survivre assez longtemps pour se déplacer d'une personne à l'autre.

Mais alors que les gènes du virus de la grippe changent par un processus appelé "dérive antigénique", les coronavirus sont "un peu moins sujets à la mutation que la grippe", a expliqué Stephen Morse, un épidémiologiste de l'Université de Columbia, à Business Insider US. Chaque petite mutation de la grippe, en revanche, donne naissance à un nouveau virus de la grippe. Notre système immunitaire doit combattre ce nouveau virus, étroitement lié au précédent, en partant de zéro. C'est la raison pour laquelle les vaccins antigrippaux ne sont pas toujours efficaces à 100 %.

Chinatopix /AP

Mais tous les experts de la santé ne sont pas d'accord pour dire que le coronavirus pourrait s'affaiblir en avril. "C'est un virus respiratoire, et nous savons que les virus respiratoires sont très saisonniers, mais pas exclusivement", a déclaré William Schaffner, spécialiste des maladies infectieuses à l'université Vanderbilt, à CNN. "On peut espérer que le printemps favorisera progressivement le retrait de ce virus. Mais nous ne pouvons pas en être sûrs". À propos des remarques de Donald Trump, il a ajouté : "Nous partageons son espoir. Mais nous n'avons pas la certitude que ça arrivera".

Version originale : Aylin Woodward/ Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

Découvrir plus d'articles sur :