Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le coronavirus va être injecté à des jeunes en bonne santé pour les besoins d'une étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le coronavirus va être injecté à des jeunes en bonne santé pour les besoins d'une étude
Un volontaire reçoit une injection d'un travailleur médical au cours du premier essai clinique humain du pays pour un vaccin potentiel contre le nouveau coronavirus, à l'hôpital Baragwanath de Soweto, en Afrique du Sud, le 24 juin 2020. © Siphiwe Sibeko/Reuters

Une étude, une première mondiale, permettra d'infecter des jeunes gens en bonne santé avec le coronavirus dans un environnement contrôlé pour en apprendre davantage sur ses caractéristiques, ont annoncé lundi des responsables britanniques. L'étude dite "human challenge" vient de recevoir l'autorisation des autorités, et 90 personnes âgées de 18 à 30 ans qui présentent un faible risque de complications liées au Covid-19 seront recrutées.

L'étude est soutenue par un financement de 33,6 millions de livres sterling (38,7 millions d'euros) du gouvernement britannique, et commencera dans quelques semaines, à condition que les hôpitaux disposant des installations sécurisées conçues pour contenir le virus donnent le feu vert, a déclaré le ministère des Entreprises, de l'Energie et de la Stratégie industrielle britannique (BEIS) dans un communiqué de presse.

À lire aussi — Ces scientifiques travaillent sur des médicaments contre les futurs coronavirus

Les volontaires seront exposés à un coronavirus fabriqué en laboratoire et surveillés pendant 24 heures afin que les scientifiques puissent déterminer la plus petite quantité de virus pouvant causer l'infection. Les chercheurs étudieront également la manière dont le virus se propage à partir de l'homme et les réponses immunitaires des volontaires.

Identifier les vaccins les plus efficaces

L'étude commencera avec le virus original découvert au Royaume-Uni en mars 2020 — qui s'est révélé être à faible risque pour les personnes jeunes et en bonne santé — plutôt qu'avec le variant, plus contagieux, du coronavirus qui se propage actuellement au Royaume-Uni et ailleurs (B.1.1.7.).

Les essais de provocation — ou "challenge trials" — jouent régulièrement un rôle dans le développement de traitements pour des maladies telles que le choléra et la grippe, mais il s'agit du premier essai de provocation sur l'homme pour Covid-19.

Lors d'une deuxième étape de l'étude, un petit nombre de volontaires recevront une injection de coronavirus dont l'innocuité a été prouvée par des essais cliniques, puis seront exposés à un coronavirus, afin d'aider à identifier les vaccins les plus efficaces.

"Ces études sur les défis humains auront lieu ici au Royaume-Uni et contribueront à accélérer les connaissances des scientifiques sur la manière dont le coronavirus affecte les gens et pourraient éventuellement favoriser le développement rapide de vaccins", a déclaré Kwasi Kwarteng, le ministre britannique des Entreprises.

Le Dr Chris Chiu, chercheur principal de l'étude, de l'Imperial College de Londres, a déclaré que l'objectif final des chercheurs était d'établir quels vaccins et traitements sont les plus efficaces "pour vaincre cette maladie".

Version originale : Dr. Catherine Schuster-Bruce/Insider

À lire aussi — Tous Anti Covid : 5 questions/réponses sur le QR code prévu pour la réouverture des restaurants

Découvrir plus d'articles sur :