Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le coronavirus va-t-il disparaître ? Voici 3 issues possibles selon des experts


Partie de Wuhan, en Chine, le coronavirus s'est répandu partout dans le monde. Selon les experts en santé publique, il n'y aurait que trois issues possibles à l'épidémie : elle pourrait être éradiquée par des interventions de santé publique et disparaître (comme le SRAS), un vaccin pourrait être développé, ou le coronavirus pourrait prendre une place permanente au répertoire des virus, comme la grippe saisonnière.

Selon deux experts contactés par Business Insider US, cette troisième option serait la plus probable. Le nouveau virus ne disparaîtrait jamais vraiment. "Les mesures prises en Chine reviennent à essayer d'attraper un cheval au galop alors qu'il a déjà quitté l'écurie", illustre Stephen Morse, épidémiologiste à l'université de Columbia. Voici les trois façons dont l'épidémie pourrait se terminer :

Hypothèse 1 — L'épidémie n'est jamais vraiment éradiquée

Des membres du personnel médical de l'hôpital central de Wuhan posent pour une photo. L'hôpital central de Wuhan via Weibo/Reuters

Selon des chercheurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne atteinte du nouveau coronavirus le transmet en moyenne à 1,4 à 2,5 tiers. L'organisation a déclaré le nouveau coronavirus comme une urgence de santé publique internationale à la fin du mois de janvier, alors qu'il avait atteint 18 pays. Mais il ne l'a pas encore qualifié de pandémique.

Le coronavirus est maintenant présent dans 49 pays. Certains chercheurs, dont Amesh Adalja, expert en maladies infectieuses, pensent donc que nous avons franchi le seuil de la pandémie : "Je pense qu'il s'agit d'une pandémie. La terminologie officielle n'est pas importante pour moi", a-t-il déclaré à Business Insider US."Nous constatons une propagation efficiente parmi les communautés, dans plusieurs pays".

Quatre autres coronavirus sont endémiques — c'est-à-dire présents en permanence. Ils sont tous responsables de rhumes courants, mais chacun d'entre eux peut causer une pneumonie et la mort dans de rares cas. Comme ces coronavirus sont bénins, ils n'ont pas de nom au-delà de leur désignation à quatre caractères : OC43, 229E, HKU1 et NL63.

Selon Amesh Adalja, le nouveau coronavirus fait maintenant partie des coronavirus endémiques. Ce qui signifie que l'épidémie ne prendrait jamais vraiment fin. "Il est endémique dans les populations humaines, et ne disparaîtra pas sans un vaccin", estime-t-il.

Hypothèse 1 bis — Le coronavirus ne disparaît pas et devient saisonnier

Chung Sung-Jun/Getty Images

Si le coronavirus devient permanent chez l'homme, il est possible qu'il finisse par fluctuer avec les saisons, comme le fait la grippe. Dans ce cas, il pourrait disparaître en été et revenir chaque année en automne et en hiver. "Considérant la trajectoire du virus et la façon dont il se propage dans les communautés, ainsi que les autres coronavirus qui se propagent chaque année pendant la saison de la grippe et du froid, le nouveau coronavirus devrait devenir un virus saisonnier", considère Amesh Adalja. Les quatre autres coronavirus ont également un caractère saisonnier, explique-t-il, de sorte que l'épidémie "pourrait se calmer avec l'été".

La grippe est saisonnière car les températures plus fraîches aident à durcir le gel protecteur qui entoure le virus lorsqu'il est dans l'air. Cette enveloppe plus résistante lui permet de survivre suffisamment longtemps dans l'air pour passer d'une personne à l'autre. Le virus de la grippe "survit mieux dans des températures fraîches et sèches", expliquait Amanda Simanek, épidémiologiste à l'université du Wisconsin (Etats-Unis), à Insider.

Flickr/SCA Svenska Cellulosa Aktiebolaget

Le président chinois Xi Jinping et le président américain Donald Trump ont suggéré que la chaleur du printemps freinerait la propagation du coronavirus, de la même manière que la grippe. "La fréquence de transmission pourrait diminuer, de sorte que vous auriez le temps d'obtenir un vaccin à grande échelle avant sa prochaine apparition", confirme Amesh Adalja, ajoutant que le virus ne disparaîtra probablement jamais complètement. En effet, les tropiques ne connaissent pas de saisons, et les hémisphères nord et sud ont des saisons opposées.

Cependant, contrairement à la grippe, le coronavirus ne risque pas de muter à chaque saison, explique Stephen Morse. Les gènes du virus de la grippe changent par un processus appelé "dérive antigénique", et chaque petite mutation donne naissance à un nouveau virus de la grippe, étroitement apparenté, que notre système immunitaire doit combattre en partant de zéro. (C'est pourquoi les vaccins antigrippaux ne sont pas toujours efficaces à 100 %). Mais les coronavirus, dans l'ensemble, sont "moins sujets aux mutations que la grippe", selon Stephen Morse.

Hypothèse 2 — Grâce aux mesures de santé publique, le coronavirus disparaît

Le Covid-19 est similaire au SRAS à bien des égards : tous deux sont des coronavirus qui proviennent de chauves-souris, et ont probablement été transmis d'un animal à un être humain sur les marchés chinois. Les deux virus partagent environ 80 % de leur ADN. L'issue de la nouvelle épidémie pourrait donc être similaire à celle du SRAS.

Le SRAS a tué 774 personnes et en a infecté plus de 8 000 entre novembre 2002 et juillet 2003, mais a disparu en 2004. Les experts en santé publique et les autorités ont travaillé dur pour retrouver, diagnostiquer et isoler les personnes atteintes du virus afin de l'éradiquer, explique Stephen Morse. La propagation du SRAS a finalement été limitée par des quarantaines, des restrictions de voyage, des campagnes d'information du public et des contrôles dans les aéroports — le même type de mesures mises en place actuellement dans de nombreux pays.

Si ces efforts réduisent le nombre de personnes contaminées en dessous d'un certain seuil, explique Stephen Morse, l'épidémie pourra être contenue. Elle pourrait alors disparaître, ou deviendrait comme Zika ou H1N1 : ces virus qui continuent à circuler, mais touchent beaucoup moins de personnes qu'au début.

Feature Chine / Barroft Media via Getty Images

Cependant, le SRAS était beaucoup moins contagieux que le nouveau coronavirus. Et les patients atteints du SRAS n'étaient pas contagieux avant de présenter des symptômes, contrairement aux personnes infectées par le nouveau coronavirus. En outre, les personnes qui ont contracté le nouveau coronavirus et qui s'en sont remises peuvent le contracter à nouveau à l'avenir, selon les autorités sanitaires. L'organisme n'est pas immunisé après l'infection. Tout cela rend beaucoup plus difficile l'arrêt de la propagation du Covid-19.

Hypothèse 3 — Les entreprises pharmaceutiques fabriquent un vaccin

Stephen Morse et Amesh Adalja estiment tous deux qu'un vaccin est essentiel pour contrôler définitivement le coronavirus. Stephen Morse explique qu'un grand nombre des mesures de santé publique actuelles visent "le maintien, pour empêcher le virus de se propager à court terme, jusqu'à ce que nous ayons un vaccin".

Cinq grandes entreprises pharmaceutiques — Johnson & Johnson, Regeneron Pharmaceuticals, GlaxoSmithKline, Moderna et Gilead Sciences — ont annoncé des plans de recherche et de développement de traitements pour le nouveau coronavirus. Certains développent des vaccins à partir de rien, basés sur le code génétique du Covid-19. D'autres testent les médicaments existants pour déterminer s'ils seraient efficaces pour le traiter.

La mise sur le marché d'un vaccin a toujours été un processus ardu et long. Le vaccin pour Ebola, par exemple, a pris 20 ans pour être fabriqué. Mais Moderna a déjà développé un vaccin et l'a expédié pour des essais cliniques sur l'homme. Cependant, il faudra probablement encore un an pour déterminer si le vaccin est sûr et efficace.

Reuters

La rapidité du travail de Moderna en matière de développement de vaccins est "sans aucun doute un record mondial", a déclaré Anthony Fauci, directeur de la division des maladies infectieuses des National Institutes of Health, au Wall Street Journal. "Ce n'est jamais allé aussi vite", a-t-il ajouté. "Plus vite un vaccin sera fabriqué, plus vite nous aurons un 'pare-feu durable' contre la propagation du coronavirus", conclut Stephen Morse.

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :