Publicité

Le déclin des dinosaures aurait débuté bien avant la chute d'un astéroïde sur Terre

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le déclin des dinosaures aurait débuté bien avant la chute d'un astéroïde sur Terre
Illustration de la chute de l'astéroïde Chicxulub sur l'actuel Mexique il y a 66 millions d'années. © Chase Stone
Publicité

Il est tentant de se demander à quoi la vie sur Terre aurait pu ressembler si une roche spatiale n'avait pas frappé la planète il y a 66 millions d'années. Cet impact dans l'actuel Mexique a condamné les dinosaures et une majorité d'espèces terrestres et marines. En son absence, les humains et les autres mammifères auraient-ils fini par se battre avec Tyrannosaurus Rex et les tricératops ? La réponse est probablement non, selon une étude publiée mardi 29 juin dans la revue Nature.

Cette étude révèle que six grands groupes de dinosaures ont lentement disparu au cours des 10 millions d'années qui ont précédé la collision. Les conséquences de l'impact — des tsunamis de plusieurs kilomètres de haut, des incendies violents et un nuage étouffant de poussière épaisse et de soufre qui a masqué le Soleil — n'ont été qu'un clou dans le cercueil des dinosaures.

À lire aussi — L'extinction des dinosaures pourrait venir d'une comète et non d'un astéroïde, selon une étude

"La météorite est considérée comme un coup de grâce pour les dinosaures, qui les a achevés", a déclaré à Insider Fabien Condamine, chercheur à l'université de Montpellier et coauteur de la nouvelle étude. Le chercheur et ses collaborateurs suggèrent qu'une période de refroidissement global pourrait avoir contribué au déclin du nombre global d'espèces de dinosaures, ce qui a ensuite rendu impossible le rétablissement des animaux après l'événement cataclysmique.

"De nombreux paléontologues pensent que les dinosaures auraient continué à vivre si l'astéroïde n'avait pas frappé la Terre. Notre étude apporte de nouvelles informations pour cette question, et il semble que les dinosaures n'étaient pas en bonne forme avant l'impact", a exposé Fabien Condamine.

Les dinosaures étaient déjà en voie de disparition

Un Tyrannosaurus Rex adulte pesait entre 6 et 9 tonnes et mesurait jusqu'à 10 mètres de long. Illustration by Zhao Chuang/courtesy of PNSO

Les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude ont examiné 1 600 fossiles de 247 espèces de dinosaures ayant vécu à la fin du Crétacé, il y a environ 100 millions à 66 millions d'années. Ce groupe comprend des carnivores à deux pattes comme le T. rex, le tricératops et les dinosaures à bec de canard.

L'équipe les a regroupés en six grandes familles, puis a analysé l'évolution de la diversité des espèces de ces familles au fil du temps. Les résultats montrent que dans les six groupes, le nombre d'espèces a commencé à diminuer progressivement il y a 76 millions d'années, avant l'impact de la roche spatiale. "Nous ne trouvons pas que la diversité des dinosaures était élevée et se diversifiait vers la fin du Crétacé, comme on le pensait auparavant", a expliqué Fabien Condamine.

Son groupe de scientifiques n'est pas le premier à suggérer que les dinosaures se sont en fait éteints progressivement. Une étude réalisée en 2016 a révélé que les espèces de dinosaures présentes sur Terre depuis un certain temps s'éteignaient sans qu'aucune nouvelle espèce ne les remplace. Bien que des questions aient subsisté quant à savoir si cette conclusion était simplement le produit d'un registre fossile incomplet, cette nouvelle étude montre que les espèces plus anciennes avaient effectivement des taux d'extinction plus élevés que les plus jeunes.

Un Monopoly d'herbivores

Une peinture de l'Ugrunaaluk kuukpikensis, une espèce de dinosaure à bec de canard ayant vécu pendant la période du Crétacé.  James Havens

À la fin du Crétacé, la planète a commencé à se refroidir : à partir de 80 millions d'années, les températures mondiales ont chuté d'environ 7 degrés Celsius. Étant donné que les dinosaures dépendaient de la température de leur environnement pour réguler leur chaleur corporelle, ce changement de climat pourrait avoir joué un rôle dans leur taux d'extinction, selon Fabien Condamine. "Les périodes chaudes ont favorisé la diversification des dinosaures, tandis que les périodes plus froides ont entraîné une augmentation des extinctions", ont écrit les auteurs de l'étude.

Une autre explication possible du déclin des dinosaures est un changement du nombre d'espèces herbivores dans l'écosystème. Les hadrosaures, ou herbivores à bec de canard, semblent avoir dominé entre 76 millions et 66 millions d'années, supplantant leurs congénères mangeurs de feuilles comme les tricératops et les ankylosaures blindés à queue fourchue. Cela a contribué au déclin de ces autres herbivores. "L'élimination des herbivores peut rendre l'ensemble de l'écosystème plus vulnérable aux cascades d'extinction", a suggéré Fabien Condamine.

Version originale : Aylin Woodward/Insider

À lire aussi — Découvrez l'évolution du nombre d'astéroïdes identifiés en orbite autour de la Terre

Découvrir plus d'articles sur :