Le DG de KLM parie que le premier avion électrique commercial volera dans 15 à 20 ans

Un Boeing 777 de KLM à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka au Japon. Flickr/lasta29/CC

L'avion électrique sera-t-il bientôt une réalité ? Pour le DG de KLM, ce sera le cas dans moins de deux décennies. "Quand les premières voitures électriques sont apparues, les gens riaient. Aujourd'hui, nous voyons à quel point nous avons avancé dans ce domaine. Je ne crois pas, cependant, que les premiers avions électriques apparaîtront dans les cinq ou six prochaines années", affirme Pieter Elbers, DG de la compagnie néerlandaise appartenant au groupe Air France-KLM.

Interrogé par Business Insider Pologne au sujet de l'avenir de l'aviation, lors d'une conférence de presse à l'occasion des 100 ans de KLM, Pieter Elbers rappelle qu'un de ses concurrents, la britannique EasyJet, avait annoncé dès 2017 qu'Amsterdam-Londres serait l'une des premières dessertes à utiliser un avion électrique. La compagnie low-cost se fixant alors la date de 2027 comme objectif pour faire voler de telles machines.

A lire aussi — VIDEO: Le DG de KLM donne ses conseils de voyage

"Je ne pense pas qu'un avion électrique capable de transporter 180 passagers apparaitra d'ici quelques années", tempère-t-il. "Toutefois j'apprécie les plans ambitieux et je pense que nous devrions tous faire beaucoup plus d'efforts pour élargir nos connaissances et nous développer dans ce domaine."

"Je pense qu'une projection plus réaliste se situe entre 15 et 20 ans", conclut Pieter Elbers, faisant écho aux déclarations d'Alexandre de Juniac, ancien PDG d'Air France-KLM. Si l'on suit ce calendrier, les premiers avions électriques commerciaux pourraient alors voler entre 2034 et 2039.

Version originale : Marcin Walków / Business Insider Pologne

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La compagnie Qantas va tester des vols de 19h sans escale pour relier Sydney à Londres ou New York

VIDEO: Cette planificatrice financière certifiée explique dans quelle mesure investir dans le bitcoin est risqué