Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le dispositif du chômage partiel pourrait être prolongé jusqu'à fin 2021

Le dispositif du chômage partiel pourrait être prolongé jusqu'à fin 2021
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud. © Christophe Morin/Bloomberg via Getty Images

Le crise sanitaire a frappé lourdement l'économie française et beaucoup d'entreprises sont encore en grande difficulté. Le gouvernement table désormais sur une chute de 11% du produit intérieur brut (PIB) en 2020. Un plongeon qui pourrait atteindre 14,1% en cas de deuxième vague, selon les estimations de l'OCDE. Dès lors, l'exécutif envisage de prolonger le dispositif du chômage partiel pour continuer de soutenir les secteurs les plus affectés. "Il faut pouvoir aller vers un système qui s'adapte peut-être dans certains secteurs à une longue durée", a déclaré la ministre du Travail Muriel Pénicaud au micro d'Europe 1 mardi soir, citant notamment les filières automobile, aéronautique et le tourisme.

"L'activité partielle de longue durée permettrait, dans une entreprise ou une branche, où on a vraiment des perspectives d'évolution de l'activité économique à long terme ou à moyen terme, pendant 6 à 12 mois, 24 mois s'il le faut, d'avoir un partage du problème et un partage de la solution", a ajouté la ministre. Ainsi, Muriel Pénicaud "n'exclut pas" une prolongation du dispositif du chômage partiel jusqu'à fin 2021. "Plutôt que de licencier, qu'il y ait un accord", a-t-elle avancé, assurant que des discussions étaient en cours avec les partenaires sociaux sur le sujet.

Certaines entreprises pourraient donc continuer de mettre en place un temps de travail réduit pour leurs salariés. Et l'Etat compenserait encore "une partie de la baisse de salaire que cela représente". En contrepartie, les entreprises devraient "s'engager sur l'emploi et la formation".

Pas de modification de l'indemnisation des salariés au 1er juillet

Le ministère du Travail a par ailleurs précisé lundi qu'il n'y aura pas de baisse de l'indemnisation du chômage partiel pour les salariés à partir du 1er juillet, ni diminution de sa prise en charge pour les entreprises. Il réagissait ainsi à diverses informations de presse et déclarations gouvernementales suggérant le contraire.

"L'information selon laquelle l'indemnisation des salariés en activité partielle passerait à 60% du brut au 1er juillet est inexacte. Il n'y aura aucun changement d'indemnisation pour les salariés en activité partielle au 1er juillet", a précisé le ministère. Les salariés resteront donc indemnisés à hauteur de 70% de leur salaire brut. Tandis que les employeurs continueront de prendre en charge 15% du coût du chômage partiel, comme c'est le cas depuis début juin.

Par ailleurs, le gouvernement entend présenter fin juin, lors du vote du budget à l'Assemblée nationale, un nouveau plan d'aide spécifique pour les petits commerçants et les indépendants. Ces derniers devraient notamment pouvoir bénéficier d'un fonds de solidarité maintenu jusqu'au 31 décembre et accessible jusqu'à 2 millions d'euros de chiffre d'affaires et 20 salariés, selon BFM Business.

À lire aussi — Voici le classement des plus grandes puissances du monde en 2020

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :