Le fils de Serge Dassault investit aux côtés d'horlogers suisses dans une startup qui fait des bracelets de prison connectés

Ceci n'est pas un bracelet Geosatis autour de la cheville de Will Ferrell dans Get Hard.YouTube

La startup Geosatis vient de lever 6 millions de francs suisses — environ 5,5 millions d'euros — auprès de Swisscom, de la société Sicpa, de différents fabricants horlogers et de Laurent Dassault, fils de Serge Dassault, écrit le journal helvète Le Temps.

Laurent Dassault est directeur général délégué du holding familial Groupe industriel Marcel Dassault (GIMD). Il est notamment chargé de la diversification des investissements du groupe, dans l'immobilier, l'art et le vin. 

Le Groupe Dassault est ainsi propriétaire du grand cru Cheval Blanc dans le Bordelais et de la maison de vente d'oeuvres d'art Artcurial.

Basée à Normont et Lausanne, Geosadis développe des bracelets électroniques connectés qui seraient plus légers et précis que ceux actuellement sur le marché, grâce au GPS ou aux radiofréquences. La technologie permet de localiser des prisonniers aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments.

"Des alertes immédiates sont déclenchées si le logiciel reconnaît une situation suspecte ou une modification risquée du comportement", explique au quotidien José Demetrio, le directeur de l’entreprise (40 salariés), qui a signé plusieurs contrats avec des gouvernements dont l'Afrique du Sud, la Lituanie et dans plusieurs cantons suisses. 

Geosatis avait déjà obtenu 2,2 millions de francs suisses l'été dernier, un tour de table auquel Laurent Dassault avait déjà participé.

Son principal concurrent serait américain et emploierait 800 personnes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici comment Usain Bolt gagne et dépense ses millions de dollars

VIDEO: Pourquoi les numéros de téléphone commencent toujours par 555 dans les séries et films américains