Le Français Parrot a été choisi par l'armée américaine pour développer des drones de surveillance

Le drone Anafi de Parrot. YouTube/Parrot

Le fabricant de drones français Parrot a été sélectionné par l'armée américaine dans le cadre d'un appel d'offres visant à développer une nouvelle génération de drones compacts de courte portée dédiée à la surveillance. Parrot fait partie des six entreprises choisies "afin de prototyper et de tester un drone de reconnaissance rapidement déployable", rapporte le site spécialisé dans le militaire Opex360. Dans un communiqué publié ce mardi 28 mai 2019, "Parrot est fier d'avoir été sélectionné par l'U.S. Army pour travailler sur ce projet hautement stratégique", a commenté Henri Seydoux, fondateur et PDG de Parrot.

Et d'ajouter : "Nous comprenons parfaitement combien un drone ultra-compact, à l'instar de la plateforme de drone Anafi, possède les atouts pour devenir un élément central de la défense. Nous sommes impatients de mettre à profit l'excellence de notre R&D pour répondre aux plus hautes exigences de l'U.S. Army afin d'intégrer l'efficacité offerte par les drones dans leurs opérations et d'accompagner la plus importante force armée et de défense au monde."

Contacté par Business Insider France, Henri Seydoux a déclaré que le prototype pour l'armée américaine sera développé à partir "des technologies de drones destinés au grand public" bâties par Parrot depuis dix ans. Le patron de l'entreprise n'a pas donné plus de détails sur le sujet, en raison de la confidentialité exigée par son client.

Le programme est doté d'un budget de 9,8 millions d'euros, répartis entre les six entreprises sélectionnées dont Vantage Robotics, Teal Drones ou encore Altavian. Le Chinois DJI, le numéro un mondial des drones loisirs et professionnels, n'a de toute évidence pas été sélectionné, puisque "le gouvernement des États-Unis s'inquiète vivement de tout produit technologique qui introduit des données américaines sur le territoire d'un État autoritaire et qui permet à ses services de renseignement d'y accéder sans entrave ou d'en abuser d'une autre manière", a déclaré la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency du département américain de la Sécurité intérieure.

Selon le cahier des charges, le drone devra pouvoir voler une demi-heure, bénéficier d'une portée allant jusqu'à trois kilomètres, être opérationnel en moins de deux minutes et ne pas peser plus de 1,3 kg pour pouvoir être transporté dans un sac à dos militaire standard. D'après Les Numériques, le modèle de drone Anafi pourrait correspondre à certaines exigences du cahier des charges puisqu'il est assez compact, pèse 320 g et pourrait être amélioré en termes de portée. Cependant, le site spécialisé estime que Parrot devra mettre "l'accent sur la fiabilité et la robustesse d'une éventuelle version militaire de cet appareil, l'Anafi n'ayant pas franchement brillé sur ces aspects jusqu'à présent".

Fin avril, Parrot a annoncé une perte nette de 111,2 millions d'euros en 2018, selon le communiqué de l'entreprise.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le prix de votre course Uber pourrait fondre de 80% dans les 10 ans à venir

VIDEO: Voici comment bien porter le short cet été