Le Français Yann LeCun, le monsieur intelligence artificielle de Facebook, a reçu le prestigieux prix Turing pour ses recherches

Yann Lecun fait une présentation sur le deep learning en 2015. YouTube/USI events

Le Français Yann LeCun, directeur scientifique de l'intelligence artificielle (IA) chez Facebook, a reçu le prix Turing ce mercredi 27 mars 2019 pour ses recherches en intelligence artificielle (IA), avec Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton, deux autres pionniers dans le domaine, rapporte Le Monde. Celui qui a lancé le centre de recherche sur l'IA de Facebook (FAIR) et l'a dirigé jusqu'en janvier 2018 avant d'être remplacé par Jérôme Pesenti est le deuxième Français à avoir reçu cette distinction après Joseph Sifakis, directeur de recherche du CNRS, lauréat en 2007 pour ses travaux sur les systèmes embarqués critiques.

Le prix Turing, décerné par l'Association for Computing Machinery (ACM) depuis 1966, peut être considéré comme le prix Nobel dans l'informatique et récompense chaque année une ou plusieurs personnalités ayant contribué "à une avancée technique majeure et durable" en informatique. "C'est évidemment un grand honneur et un grand plaisir de le recevoir, surtout avec deux lauréats que je connais depuis longtemps", a déclaré Yann LeCun au Monde. Les trois chercheurs se partagent par ailleurs la somme d'un million de dollars qui accompagne le prix. 

Les trois lauréats, Yann LeCun, Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton, ont été distingués pour avoir développé des méthodes d'apprentissage automatique, ce qu'on appelle "deep learning". Yann LeCun avait expliqué à France Culture à quoi correspondait le deep learning : "le deep learning est un ensemble de techniques qui est très utilisé depuis une dizaine d'années. Cela consiste à utiliser des données pour entraîner une machine à exécuter une tâche particulière au lieu de la programmer explicitement. Par exemple, on peut entraîner une machine à reconnaître des images, en lui montrant des milliers d'exemples d'images. La machine s'ajuste automatiquement pour reconnaître ces objets."

Geoffrey Hinton a développé la technique permettant de corriger la réponse de l'algorithme pour réduire les erreurs. Le Français Yann LeCun, qui a travaillé avec Geoffrey Hinton en post-doctorat au Canada, l'a aidé à améliorer ce système de correction. Yoshua Bengio a quant à lui permis d'améliorer les performances des algorithmes de reconnaissance vocale et de traduction. 

A lire aussi : Un ex-dirigeant de Google X dit qu'il suffit d'un seul changement pour éviter les scénarios apocalyptiques de l'IA — et cela vous concerne directement

Egalement professeur à l'université de New York, Yann LeCun, 58 ans, est aussi connu pour avoir développé une technique de filtres pour l'analyse et la reconnaissance d'images. Son système a servi dès le milieu des années 1990 à reconnaître l'écriture manuscrite des lettres ou des chèques. Le Français avait été personnellement recruté par le PDG de Facebook Mark Zuckerberg, qui a longtemps soutenu que l'IA est la clé de l'avenir de Facebook et du monde, et la meilleure façon pour la technologie d'augmenter les capacités humaines. 

Interrogé par Le Monde sur l'avenir et les progrès de l'IA, Yann LeCun a affirmé avoir été "même surpris de certains progrès fulgurants [ndlr: de l'IA] en traduction, reconnaissance de la parole, compréhension du langage naturel, reconnaissance d'images…". Toutefois, il avait indiqué à The Verge qu'on était encore "vraiment très loin de construire une machine vraiment intelligente" :

"Quand les gens considèrent qu'AlphaGo est un grand pas vers une 'intelligence généralisée', ils se trompent. Ce n'est pas le cas. Ce n'est pas parce qu'une machine peut battre des humains au Go qu'il va y avoir des robots intelligents qui se baladent dans la rue. Ça n'aide même pas à résoudre cette question, c'est un enjeu totalement séparé. [...]

"Par conséquent, certaines personnes se posent des questions beaucoup trop prématurées. Ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas y penser, mais il n'y a pas de danger, à court ou moyen terme. Il y a des risques dans le département de l'IA, mais pas des scénarios de type 'Terminator".

Le prix Turing sera officiellement remis aux trois chercheurs à l'occasion du congrès annuel de l'ACM, qui se tiendra le 15 juin prochain à San Francisco, en Californie. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourquoi les étudiantes doivent s'emparer de l'intelligence artificielle en urgence

VIDEO: Ce vélo connecté futuriste par abonnement débarque en France