Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le gendarme de la vie privée enquêterait sur Criteo et la manière dont l'entreprise collecte vos données

Le gendarme de la vie privée enquêterait sur Criteo et la manière dont l'entreprise collecte vos données
© ... ed at in Germany. But despite strong online competition, providers have been holding their own in the market for decades. (to dpa: "Teleshopping defies online competition") Photo: Uwe Zucchi/dpa (Photo by Uwe Zucchi/picture alliance via Getty Images)

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) enquêterait sur Criteo, et la manière dont le spécialiste mondial de publicité en ligne, basé à Paris, collecte les données révèle Privacy International sur son site internet. L'ONG, qui avait déposé plainte en novembre 2018, affirme avoir eu confirmation par la Cnil. Interrogée par Business Insider France, l'autorité confirme qu'une plainte a bien été déposée : "Cette plainte est en cours d'instruction, nous ne pouvons donc communiquer aucun élément à ce stade". Privacy International reproche au spécialiste du reciblage publicitaire de collecter des données personnelles de manière opaque, sans respecter le règlement général sur la protection des données (RGPD).

L'ONG avait saisi les autorités de protection de la vie privée en Irlande, au Royaume-Uni et en France pour sept sociétés notamment du secteur de la publicité, dont Criteo. Privacy International appuie notamment sa démarche sur des exemples des bannières de consentement qui seraient trompeuses et dénonce "un environnement de surveillance". Ces entreprises "établissent le profil et mettent les personnes dans des catégories à notre insu et en violation de multiples exigences juridiques", poursuit le lobby. L'une des quatre missions principales de la Cnil est d'assurer des centaines de contrôle par an sur la mise en œuvre concrète de la loi du 6 janvier 1978 relative à "l'informatique, aux fichiers et aux libertés" et du RGPD entré en application en mai 2018.

A lire aussi — Criteo, Nokia, Michelin... Les 10 entreprises françaises où travaillent les meilleurs développeurs web en 2020

En janvier, la Cnil martelait sur son site que "les internautes doivent être mieux informés et avoir un meilleur contrôle sur leurs données" vis-à-vis de la publicité en ligne. A l'issue de la période de contrôles, la Cnil peut prononcer plusieurs sanctions — du rappel à l'ordre à une amende pécuniaire pouvant aller jusqu’à 20 millions d'euros ou dans le cas d’une entreprise jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel mondial. Criteo emploie près de 3 000 personnes dans le monde et est cotée au Nasdaq à New York depuis 2013. Elle a engrangé 2,26 milliards de dollars de chiffre d'affaires mondial en 2019, en baisse de 2%. La raison : la chasse aux cookies, ces petits fichiers qui pistent les internautes sur le Web qu'utilisent Criteo pour vous proposer des publicités au fil de votre navigation et vous inciter à convertir un achat non encore effectué.

La Cnil a prononcé sa plus lourde amende à l'encontre de Google en janvier 2019, en lui enjoignant de payer 50 millions d'euros en raison de manquements répétés sur la transparence et le consentement sur la collecte et l'utilisation de leurs données. Le géant américain a fait appel suspendant de fait le règlement de la somme.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :