La France aurait prévu de lancer en novembre son app Android pour s'identifier par reconnaissance faciale, révèle Bloomberg ce jeudi 3 octobre. Ce déploiement se fera quelques semaines avant Noël, l'échéance initiale visée. Baptisée Alicem pour "Authentification en ligne certifiée sur mobile", l'application a été pensée, portée, développée et réalisée par le ministère de l'Intérieur. Ce dernier estime que c'est un moyen notamment de lutter contre l'usurpation d'identité. Alicem sera le seul moyen légal de créer une identité numérique. A partir de ce principe, Cédric O, secrétaire d’État au Numérique, a évoqué l'idée d'une lecture des titres d’identité pour vérifier l’âge des personnes souhaitant accéder à des sites pornographiques, rappelle le site Nextinpact.

Bloomberg, qui a pu consulter l'application, indique que cette dernière "porte le blason de la République". L'inscription sera unique mais il faudra un passeport biométrique — qui possède une puce qui stocke la photographie numérisée et deux empreintes digitales du titulaire du document officiel. Concrètement, Bloomberg explique que l'outil technologique transmettra à l'Agence nationale des titres sécurisés la photo de l'utilisateur figurant dans son passeport biométrique pour la comparer à une photo et à une vidéo prises sur l'application. La vidéo saisit notamment les expressions, les mouvements et les angles du visage. "Ensuite, le téléphone et le passeport communiqueront grâce à leurs puces intégrées", précise l'agence de presse économique. 

A lire aussi — Une faille trouvée dans Tchap, l'appli de messagerie cryptée du gouvernement, seulement quelques heures après son lancement

Alicem est censée donner accès aux quelque 500 services publics disponibles dans l’Hexagone et partenaires de FranceConnect — impôts, Assurance maladie, etc. — avec la reconnaissance faciale. Il n'y aura plus besoin de mémoriser de mots de passe. Le ministère de l'Intérieur assure que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d'inscription sera terminé. Mais des associations qui défendent la protection des données personnelles, mais également le gendarme de la vie privée en France — la Cnil — s'alarment de l'utilisation abusive potentielle. Ils reprochent au projet le manque d'alternative et de consentement libre qui ne respecterait pas le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) . La Quadrature du Net a d'ailleurs attaqué cet été le décret devant le Conseil d'Etat sur le principe que le texte imposait la reconnaissance faciale, rappelle Nextinpact.

Outre la sphère privée — Apple, Amazon, Google proposent tous la reconnaissance faciale pour leur produis — la technologie envahit aussi la sphère publique. Plusieurs régions en Chine utilisent ainsi une technologie de reconnaissance faciale qui peut scanner en une seconde toute la population tandis qu'aux Etats-Unis un programme de recherche a photographié des étudiants sans leur consentement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Air France devrait bientôt tester à Orly la reconnaissance faciale à la place des cartes d'embarquement

VIDEO: Regardez ces planches de bois prendre feu à l'électricité — d'incroyables figures de Lichtenberg apparaissent