Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le gouvernement prévoit désormais une chute de 11% du PIB en 2020

Le gouvernement prévoit désormais une chute de 11% du PIB en 2020
La reprise de l'activité se poursuit en France avec la réouverture des bars et restaurants le 2 juin. © Cyril Marcilhacy/Bloomberg via Getty Image

L'épidémie de coronavirus a plongé la France dans une profonde crise économique. Le gouvernement anticipe désormais une chute du produit intérieur brut de 11% cette année, contre 8% jusqu'ici, a précisé mardi 2 juin Bruno Le Maire. "Le choc économique est extrêmement brutal" mais " j'ai la conviction absolue que nous allons rebondir en 2021", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances sur RTL. "Nous avons un énorme trou d'air" avec cette crise, a-t-il ajouté, répétant que selon lui "le plus dur est devant nous".

Le gouvernement entérinera cette nouvelle estimation de l'ampleur de la récession dans un nouveau projet de budget rectificatif qui doit être présenté en conseil des ministres le 10 juin. La semaine dernière l'Insee avait indiqué que la chute du PIB serait largement supérieure au 8% anticipé par le gouvernement, car la reprise de l'activité depuis le début du déconfinement sera "au mieux progressive au second semestre". Bruno Le Maire mise toutefois sur les plans de soutien aux différents secteurs touchés par la crise (tourisme, automobile, aéronautique, etc.) et au plan de relance qui sera annoncé en septembre pour accélérer cette reprise.

"Nous prenons toutes les mesures dans tous les secteurs", a-t-il assuré, citant également un futur plan pour les start-up technologiques "pour qu'elles ne soient pas rachetées les unes après les autres par les géants du digital".

A lire aussi Air France, Renault, Fnac Darty... Ces grandes entreprises ont obtenu d'importants prêts garantis par l'Etat

'Travailler tous' et 'essayer de contenir' le chômage

Le ministre de l'Economie a également estimé que parvenir à faire travailler "tous" les Français, en particulier les jeunes, et à "contenir" le chômage étaient les grands défis auxquels le pays devrait se confronter au cours des prochains mois. Interrogé sur RTL sur la nécessité de travailler plus dans les prochains mois afin de favoriser la reprise économique, Bruno Le Maire a répondu que le "défi" était plutôt de "travailler tous".

"C'est ça l'enjeu pour la France dans les mois qui viennent : travailler tous et essayer de contenir un chômage qui va augmenter", a-t-il déclaré. Le gouvernement souhaite en particulier "accompagner les jeunes qui vont arriver sur un marché du travail sinistré" au mois de septembre, a précisé le ministre. "Nous travaillons avec (la ministre du Travail) Muriel Pénicaud à des soutiens sous forme notamment d'aide à l'apprentissage".

Muriel Pénicaud doit présenter "d'ici quelques jours" plusieurs mesures, notamment celles sur l'apprentissage puisqu'elles figureront dans le troisième projet de loi de finances rectificatif (PLFR), présenté le 10 juin en conseil des ministres.

À lire aussi — Bruno Le Maire annonce que la date des soldes d'été a été fixée au 15 juillet

Découvrir plus d'articles sur :