Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le gouvernement va distribuer des masques grand public à partir du 4 mai

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le gouvernement va distribuer des masques grand public à partir du 4 mai
Les masques grand public devraient être lavables et réutilisables. © Anrita1705/Pixabay

Alors que nous approchons de la date prévue du déconfinement, fixé pour le moment le 11 mai, les Français se demandent toujours dans quelle mesure ils devront porter des masques et surtout, s'ils en auront à disposition. Un premier élément de réponse a été donné ce vendredi : la secrétaire d'État à l'économie Agnès Pannier-Runacher a affirmé dans Les Échos que le gouvernement français procèdera à de premières distributions de masques grand public à partir du 4 mai et qu'il étudie pour cela plusieurs modes de distribution.

"L'État contribuera à doter en masques grand public les citoyens dès que possible par les canaux de distribution les mieux adaptés. De premières expérimentations seront faites à partir du 4 mai", assure Agnès Pannier-Runacher. "Plusieurs modes de distribution ont été identifiés pour permettre à un maximum de Français d'y avoir accès. Le champ des possibles est très large et nous regardons toutes les hypothèses : pharmaciens, mairies, grande distribution, buralistes, plateforme Afnor, e-commerce, etc.", ajoute-t-elle.

A lire aussi — Avez-vous vraiment besoin de gel hydroalcoolique pour vous laver les mains ?

Les buralistes devraient commencer à vendre des masques lavables dès le 30 avril "aux professionnels de proximité — l'artisan, le plombier, le petit patron, le boulanger, le boucher, etc.", selon Le Parisien, avant d'étendre la vente aux particuliers. Le journal a évoqué un prix autour de 5 euros mais la confédération des buralistes français a précisé à l'AFP qu'il s'agissait d'un prix indicatif. "Les masques mis en vente seront notamment de la marque Lainière Santé — issus des laboratoires du Groupe Chargeurs", précise l'organisation.

Encadrer le prix de vente des masques 'n'est pas d'actualité'

Pour autant, Agnès Pannier-Runacher estime qu'il "reste à trancher des questions : comment éviter un phénomène de surstockage par certains au risque de provoquer des ruptures locales d'approvisionnement ? Comment s'appuyer sur les collectivités locales ?", s'interroge la secrétaire d'État, précisant que ces questions seront arbitrées dans le cadre du plan de déconfinement. Pour l'heure, le gouvernement a "initié une filière de fabrication de masques grand public en textile, le plus souvent lavables et réutilisables", souligne Agnès Pannier-Runacher, affirmant que la production a atteint plus de 10 millions de masques la semaine passée. "Et l'approvisionnement, par la production française et les importations, va s'accroître rapidement pour dépasser 25 millions de masques lavables par semaine fin avril", poursuit-elle.

Interrogée sur l'opportunité d'encadrer les prix de vente de ces masques, la secrétaire d'État indique que "ce n'est pas d'actualité".

Certains collectivités locales ont pris les devants en distribuant des masques aux habitants. La ville de Nice par exemple distribue gratuitement deux masques par personne, livrés à domicile pour les plus fragiles et à retirer dans des points mis en place par la mairie pour les autres. En Île-de-France, la présidente de région Valérie Pécresse a déclaré sur BFMTV vouloir équiper gratuitement en masques les voyageurs dans les transports en commun "pendant les premières semaines du déconfinement".

A lire aussi — Voici les 6 étapes à suivre pour porter un masque efficacement

Découvrir plus d'articles sur :