Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le gouvernement veut reporter les élections régionales à juin en raison de la pandémie

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le gouvernement veut reporter les élections régionales à juin en raison de la pandémie
© Rama/Wikimedia Commons

Conformément aux préconisations de Jean-Louis Debré, le gouvernement va proposer au Parlement de reporter les régionales, a annoncé le Premier ministre Jean Castex, selon l'AFP. L'ancien président du Conseil constitutionnel a remis vendredi 13 novembre son rapport sur les élections régionales et départementales au chef du gouvernement. Jean-Louis Debré y préconise un report de mars à juin du scrutin, en raison de la pandémie de Covid-19.

"Le report des élections régionales au mois de juin 2021 constituerait une option raisonnable, au regard des risques sanitaires comme des enjeux politiques et institutionnels", est-t-il notamment précisé dans ce rapport, cité par FranceInfo. "Une telle décision se justifierait par des circonstances exceptionnelles", avance encore le texte. Plusieurs voix s'étaient déjà élevées pour demander un report. Mi-octobre, les présidents de sept départements, de droite et du centre, s'étaient notamment exprimées dans une tribune pour un délai de trois mois, afin que les élections n'interfèrent pas dans la gestion de la crise.

"Laissez-nous travailler sur la crise sanitaire, car nos administrés n'ont pas envie aujourd'hui de nous entendre parler de campagne électorale", avait alors déclaré le président (LR) de la Haute-Marne, Nicolas Lacroix, rapporte RTL.

Au moins un réexamen de la situation sanitaire avant le scrutin

Le choix du mois de juin semble plus consensuel qu'un report à l'automne, contraignant les candidats à faire campagne pendant l'été et rapprochant le vote trop près de l'élection présidentielle, justifie le rapport. Jean-Louis Debré propose néanmoins un réexamen de cette proposition au regard de la situation sanitaire. Et que le conseil scientifique fasse directement part de son avis aux Parlementaires pour qu'ils tranchent. Une façon de prémunir le gouvernement des attaques des oppositions redoutant plusieurs reports.

Un premier point pourrait ainsi avoir lieu en avril, avant un deuxième environ un mois avant le scrutin pour décider de son maintien ou non, selon les informations de FranceInfo.

Incitation à multiplier les procurations

Pour le bon déroulement du vote, Jean-louis Debré effectue plusieurs recommandations. Il conseille notamment de faciliter l'accès à la procuration, en suggérant que chaque mandataire "dispose de deux procurations, de la part de tout électeur". Des officiers de police judiciaire pourraient aussi venir eux-mêmes retirer les procurations de personnes considérées comme "vulnérables" au Covid-19, sur la base d'une attestation sur l'honneur de celles-ci.

Enfin, le rapport suggère au gouvernement d'étudier le vote par correspondance. Mais cette possibilité ne sera sûrement pas retenue. Un tel vote ne permettrait pas de grandement réduire le risque sanitaire dans la mesure où il nécessite tout d'abord de se munir d'une photocopie de sa carte d'identité avant de se rendre à la Poste... plutôt qu'au bureau de vote.

Un projet de loi sur le report des élections pourrait être présenté en conseil des ministres le 2 ou le 16 décembre, toujours selon FranceInfo, avant que le texte soit débattu au Parlement.

À lire aussi — Jean Castex confirme que les commerces resteront fermés jusqu'au 1er décembre

Découvrir plus d'articles sur :