Le Japon compte évacuer l'eau radioactive de Fukushima dans l'océan

Le Japon compte évacuer l'eau radioactive de Fukushima dans l'océan

Des réservoirs de stockage d'eau radioactive à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, de la société Tokyo Electric Power (Tepco), dans la ville d'Okuma, au Japon, le 18 février 2019. REUTERS / Issei Kato

C'est une nouvelle qui à de quoi inquiéter les défenseurs de l'environnement en général et des océans en particulier. La société Tokyo Electric Power (Tepco) va déverser de l'eau radioactive directement dans l'océan Pacifique, a annoncé mardi 10 septembre 2019 le ministre japonais de l'Environnement, Yoshiaki Harada. Le propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima, gravement endommagée par le séisme et le tsunami de mars 2011, a déjà stocké dans les réservoirs des sites dévastés plus d'un million de tonnes d'eau contaminée provenant des conduites de refroidissement utilisées pour empêcher la fonte du combustible nucléaire dans les trois réacteurs détruits par la catastrophe.

Mais ces sites manqueront d'espace d'ici à l'été 2022 pour stocker l'eau radioactive, selon Tepco. "La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer", estime le ministre de l'Environnement japonais. "La totalité du gouvernement va en discuter, mais j'aimerais donner mon simple avis", a-t-il ajouté. Huit ans après la catastrophe, l'eau radioactive continue de s'accumuler au rythme de 150 tonnes quotidiennes, selon Mediapart. Plus de mille réservoirs cylindriques, construits autour du site de Fukushima, contiennent déjà de l'eau contaminée. Pour éviter que la contamination ne se propage, Tepco doit en outre pomper l'eau des nappes phréatiques environnantes qui se déversent dans les sous-sols de la centrale. 

A lire aussi — Etats-Unis, France, Japon... voici combien de planètes il faudrait si la population mondiale vivait comme dans ces pays

Le projet de rejet de l'eau radioactive dans l’océan, étalé sur plusieurs années pour diluer la contamination, n'est pas du goût du voisin sud-coréen du Japon. "Nous pourrions bientôt retrouver sur nos tables des poissons qui contiennent du césium, du strontium, du tritium et du plutonium radioactifs", prévient Suh Kune Yull, professeur d'ingénierie nucléaire à l'Université nationale de Séoul cité par Mediapart. 

Depuis le séisme et le tsunami de mars 2011, la centrale nucléaire de Fukushima et ses réacteurs n'ont toujours pas été démantelés. L'Institut japonais de recherche économique (JIER) a estimé en juillet dernier que le coût total de cette catastrophe industrielle, démantèlement et décontamination comprises, devrait atteindre sur 40 ans 35 000 à 80 000 milliards de yens, soit entre 295,5 et 675,5 milliards d'euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La maison-mère de Tinder lance une application pour aider les célibataires japonais 'très motivés' à se marier dans l'année

VIDEO: Voici pourquoi nous touchons du bois pour nous porter chance

  1. Fmo

    Attention à la conversion. On parle de millions pas de milliards d’€.

    • Thomas Chenel

      Bonjour Fmo,
      Les montants sont impressionnants mais il s'agit bien de milliards d'euros, non de millions.

Laisser un commentaire