Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le journaliste de CNN Anderson Cooper compare Trump à "une tortue obèse sur le dos"

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le journaliste Anderson Cooper en direct de CNN jeudi soir. © screenshot from Twitter

"C'est triste et vraiment pathétique". Jeudi soir aux États-Unis, le journaliste Anderson Cooper n'a pas mâché ses mots en réagissant sur CNN au discours de Donald Trump. Durant son allocution depuis le podium de la Maison Blanche, le président a accusé les démocrates de vouloir lui "voler" l'élection présidentielle, sans apporter de preuves de ses allégations.

"Ça va peut-être finir à la Cour Suprême on verra. Je vous avais prévenus que cette élection par correspondance allait être un désastre", a insisté le chef de l'Etat lors de son discours, dont certains médias américains ont fini par interrompre la diffusion, criant à la désinformation. "Ça, c'est le président des États-Unis. ça, c'est la personne la plus puissante du monde. Nous le voyons comme une tortue obèse sur le dos s'agitant sous le soleil brûlant, réalisant que son temps est révolu", rétorquait Anderson Cooper sur CNN.

A lire aussi - Election présidentielle américaine : suivez notre direct

Donald Trump est actuellement à la traîne face au candidat démocrate Joe Biden. Durant sa prise de parole, le magnat de l'immobilier a faussement déclaré qu'il était le vainqueur de l'élection, que le processus de vote par correspondance était "corrompu" et que celui-ci avait "détruit" le système des États-Unis. Il a affirmé à tort avoir une avance dans certains États qui aurait été "mystérieusement dissimulée". Le chef de l'Etat a poursuivi en jurant qu'un nombre important de "votes illégaux" avaient été pris en compte et a assuré qu'il avait remporté des États qu'il a en réalité perdus ou pour lesquels le résultat demeure incertain.

"Je ne pense pas que nous ayons déjà entendu quelque chose comme ça de la part du président des Etats-Unis", a renchéri le journaliste américain. "Vous remarquerez qu'il n'avance aucune preuve d'une quelconque fraude. Rien du tout".

Donald Trump avait remporté des victoires dans plusieurs États le premier jour du scrutin, notamment en Floride, au Texas et en Ohio. Mais son rival démocrate a rapidement gagné du terrain en remportant des voix décisives dans les États du Michigan et du Wisconsin, qui constituent le champ de bataille du centre-ouest (Midwest) américain. Aujourd'hui, tous les yeux sont tournés vers la Pennsylvanie. Cet État, qui contient 20 grands électeurs, fut le théâtre de violentes contestations après avoir basculé pour Barack Obama en 2008 et 2012, puis pour Donald Trump en 2016.

Le camp Trump détient désormais une faible avance sur Joe Biden dans cet État, et y a déposé plainte pour empêcher le décompte de bulletins. Néanmoins, les autorités pensylvaniennes ont clairement indiqué que le dépouillement se poursuivrait jusqu'à ce que chaque vote soit enregistré. Joe Biden ne cesse de remporter des voies dans cette zone et est en train de rattraper son retard.

A lire aussi- "Élection américaine : si Donald Trump veut aller jusqu'à la Cour suprême, ça pourrait prendre des semaines"

Version Originale: Sonam Sheth/Business Insider