Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le juge donne raison à Intermarché et ordonne à Coca-Cola de reprendre ses livraisons

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Intermarché et Coca-Cola vont devoir se rasseoir à la table des négociations. C'est du moins ce qu'a décidé le juge des référés ce jeudi 16 janvier. Surtout, il a ordonné à l'industriel de reprendre les livraisons de ses sodas (Coca-Cola, Fanta, Sprite, Fuzetea...) aux magasins Intermarché et Netto, sous peine d'une astreinte de 460 000 euros par jour de retard, et ce sur une période de 60 jours, comme l'indique l'ordonnance que Business Insider France a pu consulter. Les livraisons étaient interrompues depuis le 2 janvier suite à un conflit entre les deux parties, qui peinaient à s'entendre sur un accord pour 2020, alors que leur contrat avait expiré en fin d'année.

Intermarché a en effet décidé de réduire la gamme de produits Coca-Cola distribués dans ses rayons pour faire de la place à des alternatives "plus saines, moins sucrées". L'industriel a de son côté demandé une hausse des tarifs... Face au blocage, Coca-Cola a décidé d'arrêter purement et simplement les livraisons de l'ensemble de sa gamme. Dans son ordonnance, le juge des référés se range du côté du distributeur qui l'a saisi et estime qu'il s'agit "d'une rupture abusive et d'un abus de position dominante" de la part de Coca-Cola. Les rayons des supermarchés Intermarché et Netto commençaient à connaître des pénuries, comme l'a par exemple constaté en Côté-d'Or le journal Le Bien Public.

En vidéo — Voici comment le contenant des boissons gazeuses change leur saveur

Le juge a également affirmé jeudi que "les parties doivent se retrouver pour aboutir avant début mars à un accord commercial et tarifaire pour 2020". Mais ce ne sera pas chose aisée... Comme il le souligne, Coca-Cola détient une part de marché de "75 à 90% sur le marché français des sodas". Et le déréférencement voulu par les Mousquetaires lui causerait une baisse de son chiffre d'affaires de 39% en 2020 d'après Coca-Cola lui-même et de 20% d'après le distributeur, rapporte l'ordonnance du juge.

Coca-Cola, qui assure avoir "toujours privilégié le dialogue", estime auprès de LSA que la décision du juge des référés va lui "permettre de reprendre les discussions interrompues par Intermarché" et son "courant d’affaires dans un contexte plus apaisé, avec un délai raisonnable pour parvenir à un accord". Thierry Cotillard, président d'Intermarché, se félicite de la décision du juge, dans une réaction transmise à Business Insider France, et espère que "leur volonté affichée (de Coca- Cola, ndlr) de trouver un accord avec Intermarché est réellement sincère".

Découvrir plus d'articles sur :