Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le masque en passe de devenir un accessoire de mode dans les mains des créateurs

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le masque en passe de devenir un accessoire de mode dans les mains des créateurs
Aux normes AFNOR, fabriqué maison ou par des marques, le masque se décline de toutes les couleurs. © Camille Renard pour Business Insider France.

Depuis le 11 mai et jusqu’à nouvel ordre, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun (pour les plus de 11 ans) et dans certains magasins. Le ministre de la Santé Olivier Véran a également conseillé de porter un masque pour toutes sorties hors du domicile. Pour les besoins du grand public, le gouvernement a incité les particuliers à fabriquer chez eux leur propre masque en tissu aux normes de l'AFNOR, l'association française de normalisation, ou à acheter dans les supermarchés, à la pharmacie ou dans les tabacs. Entièrement personnalisable, le masque est en passe de devenir un véritable accessoire de mode. Alors que la France se déconfine doucement, il est possible de croiser dans les rues des passants arborant des masques à fleur, à pois ou à message.

Certaines marques se sont d'ailleurs déjà approprié le masque. Sur le site BoohooMAN, la branche homme de la marque Boohoo, il est possible de s'offrir un masque "fashion" pour 11€ pièce (frais de port non inclus). Mais pour l'heure, les grandes enseignes de prêt-à-porter telles que Zara, H&M ou Mango ne se sont pas encore lancé dans la commercialisation de masques. Contacté par Business Insider France, Mango affirme qu' "il n’y a pas de disposition prise à date sur cette action". H&M n'a pour le moment pas répondu à nos questions.

Du côté des griffes de luxe, Off-White, la marque du créateur américain Virgil Abloh, propose depuis mars 8 modèles de masques faciaux vendus 86,95€ l’unité, dans sa collection printemps-été 2020. Si les masques Off-White sont tous en rupture de stock sur le site de la marque, pour les autres maisons de luxe, le masque facial ne représente pas forcément un marché prometteur.

En plein coeur de la crise sanitaire, Dior, Saint Laurent ou encore Louis Vuitton ont offert de transformer certains de leurs ateliers pour fabriquer gratuitement des masques pour le personnel soignant, mais les commercialiser semble être une tout autre paire de manche. Interrogé par FashionUnited, l'historien de la mode Olivier Saillard trouve le sujet "délicat". "C'est un objet clinique et personne n'a envie de rêver avec cela", explique-t-il. En outre, "ce serait déplacé et d'une grande vulgarité d'avoir un logo sur un masque et d'en faire un profit", ajoute-t-il.

Masque facial 100% coton HARRY THE BUNNY MASK - BLACK - Off-White

Certaines marques proposent de reverser une partie du bénéfice de la vente de masques aux hôpitaux

Si certains internautes y voient un opportunisme déplacé, d'autres initiatives se veulent altruistes. Le site de la boutique officielle du club de football de Montpellier propose ainsi des "masques barrière MHSC" moyennant 6€. "Dans le climat sanitaire actuel, le MHSC a souhaité offrir la possibilité à ses supporters de pouvoir se procurer un masque aux couleurs du club, mais surtout de participer à une œuvre sociale et solidaire", justifie la marque. En effet, l'intégralité des bénéfices de la vente du masque reviendra à "Espoir Orange et Rêve Bleu dans le cadre d’une action qui sera menée en faveur du CHU de Montpellier". Attention cependant, le site précise que ces masques ne sont pas homologué par les autorités sanitaires, et bien qu'"une procédure de demande de normalisation AFNOR a été engagée auprès de l'APAVE", les masques "ne sont pas conformes aux normes européennes EN14683, EN149."

À lire aussi — Comment fabriquer un masque chez soi ? Tissu, taille, norme Afnor... Nos conseils pour une protection efficace

Particulièrement vulnérable, les petites entreprises ont été frappé de plein fouet par les conséquences financières de la crise sanitaire et certaines pourraient voir le marché des masques comme une nouvelle source de revenus, ou peut-être une façon de se faire connaître. La start-up parisienne "Romain Thévenin Paris" en appel par exemple à la générosité des internautes sur la plateforme de financement participatif Ulule. "Ce financement servira d'une part à la survie et au développement de mon entreprise (...), mais aussi à verser une partie des bénéfices aux Hôpitaux de Paris AP-HP qui sont au front de cette pandémie." La jeune marque a en effet décidé de reverser 10% de ses dons aux hôpitaux de Paris.

Les marques indépendantes et les particuliers s'y mettent aussi

Des marques indépendantes ou des retoucheurs se lancent ainsi dans la fabrication de masques "fashion". Il y a un mois et demi, Céline Haziza et sa collaboratrice Lydie Gaumont lançaient leur propre marque de masque indépendante. "Masque made in France" propose des masques sanitaires respectant les normes AFNOR, vendus entre 12 et 14€ pièce. "Nous avons voulu faire travailler l'artisanat français", explique Céline Haziza à Business Insider France. Forte d'une production journalière de 50 à 400 masques, et composé de 8 employés, l'entreprise se veut "à taille humaine". Du modèle étoilé au motif fleuri, Céline Haziza assume le côté fantaisiste de ses masques : "on s'est dit qu'on allait redonner un peu de gaîté aux gens". Sans parler de mode, elle espère tout de même que la crise sanitaire sera le moteur d'un changement d'attitude des Français : "je pense qu'il y aura une prise de conscience collective, de l'utilité de porter un masque au moins quand on est malade".

Pour Camille, étudiante en architecture, son masque jaune rayé est "une manière de s'approprier quelque chose qui risque de faire parti de notre quotidien pendant un long moment". Si la jeune femme confie à Business Insider France avoir acheté le masque à une amie styliste (@styledbysalomé sur Instagram), elle admet qu'elle pourrait bien craquer pour un modèle vendu par une grande marque de prêt-à-porter, "parce qu'ils seraient sûrement plus faciles à se procurer". Pour l'heure, alors que les grandes marques ne se sont pas encore lancées sur le marché du masque, les petites initiatives se multiplient en ligne.

Sur le site de vente en ligne Etsy, des créateurs indépendants commercialisent des masques originaux aux normes AFNOR, dont les prix peuvent varier de 5 à 20€. Sur Instagram, de nouvelles pages ont vu le jour. "Masque in Paris", "Le masque Parisien" ou encore "Masque attaque" proposent des masques faciaux aux couleurs chatoyantes, en wax ou à motif. Les jolis imprimés aideront en tout cas à cacher la réalité morose alors que le masque risque de devenir un indispensable de notre quotidien.

Sur le site de vente en ligne Etsy, des créateurs indépendants commercialisent des masques faciaux originaux, aux normes AFNOR, dont les prix peuvent varier de 5 à 20€. Capture d'écran / Etsy

A lire aussi — Peut-on nettoyer son masque en tissu sans machine ? 5 méthodes de lavage à la main passées au crible

Découvrir plus d'articles sur :