Le Mate 30 de Huawei sans Google, premier smartphone victime de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

Richard Yu, le chef du groupe consommateurs-entreprises de Huawei, présentant le Mate 30 et le Mate 30 Pro jeudi dernier. CHRISTOF STACHE/AFP/Getty Images

Huawei a dévoilé son nouveau téléphone phare 5G, le Mate 30, à Munich, en Allemagne, jeudi. Le fabricant chinois a vanté son système de caméra placé dans un cercle, son encoche plus étroite et sa finition en cuir vegan. Mais l'entreprise a essayé de passer sous silence le plus gros problème du téléphone : il n'est pas fourni avec les applications Google. Le Mate 30 utilisera EMUI 10, un système d'exploitation basé sur Android 10. Mais il sera très différent des autres téléphones phares Huawei, sans application Google préchargée sur l'appareil.

Ce changement est une conséquence de l'inscription de Huawei sur la liste noire des États-Unis en mai, ce qui signifie que la société chinoise n'a pas intégré à son nouveau téléphone la version sous licence d'Android avec les services Google, notamment l'application de recherche Google, Gmail et, surtout, le Google Play Store, la principale façon dont les utilisateurs Android télécharge des applications sur leurs téléphones. Au lieu de cela, le Mate 30 sera doté de son propre pack d'applications, appelé Huawei Mobile Services. Il comprend une galerie de photos, un navigateur web et le magasin d'applications de Huawei, AppGallery. Lors du lancement de Mate 30, Richard Yu, directeur de la division grand public de Huawei, a appelé les développeurs à créer des applications pour l'écosystème.

Les représentants de Google et Huawei ont confirmé jeudi à Business Insider US que le téléphone ne fonctionnerait pas avec la version sous licence d'Android. Le Mate 30 sera proposé à partir de 799 € (884 $), tandis que le Mate 30 Pro commencera à 1 099 € (1 216 $). 

Le Mate 30 est disponible avec en cuir vegan. Huawei

Thomas Husson, analyste chez Forrester, a déclaré que l'absence des services Google porterait un coup dur aux activités européennes de Huawei. Huawei est déjà exclu du marché américain. "Alors que les nouveaux appareils aideront Huawei à être compétitif en Chine - qui reste le plus grand marché des smartphones dans le monde - l'entreprise aura des difficultés en Europe en raison de l'absence du Google Play Store", a déclaré Thomas Husson.

"Si les consommateurs ne peuvent pas facilement accéder à leurs applications préférées telles que Facebook, WhatsApp, Instagram, Snapchat, YouTube, Google Maps et bien d'autres, les détaillants de certains pays européens peuvent même être sceptiques à l'idée de distribuer ces appareils". Il a ajouté que "cette conséquence directe de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine démontre l'impact géopolitique important des écosystèmes technologiques".

A lire aussi —  Des CV d'employés de Huawei ont révélé des liens avec le gouvernement et des espions chinois

Le gouvernement américain a mis un coup à Huawei en l'inscrivant sur la liste noire et en l'accusant d'aider à espionner des gens pour le gouvernement chinois, ce que la société a toujours nié. Mais c'est la première fois que les conséquences de la guerre commerciale sont devenues visibles pour les personnes qui achètent des appareils Huawei.

Huawei veut conserver Android aussi longtemps que possible

Huawei est le deuxième fabricant mondial de smartphones, devant Apple. Il a été exclu du marché américain des smartphones pendant des années, mais a gagné en popularité en Europe grâce à ses téléphones haut de gamme et bien conçus qui rivalisent avec l'iPhone d'Apple, le Pixel de Google et la gamme Galaxy de Samsung en qualité et en prix. Cette position pourrait être menacée si les consommateurs étaient découragés par l'impossibilité d'accéder aux services de Google et par une version étrange et sans licence d'Android.

Le Financial Times a rapporté en juin que Google faisait pression sur l'administration Trump pour qu'elle lève l'interdiction ou qu'elle accorde une exception à Google, mais de toute évidence, ces efforts ont été vains jusqu'à présent.

Richard Yu a dit lors de la présentation que le Mate 30 prendrait toujours en charge le système d'exploitation Android 10. Huawei peut utiliser le système d'exploitation Android parce que Google propose en open source une version édulcorée du logiciel.

Suite à l'interdiction américaine, Huawei a annoncé qu'elle préparait un OS sur mesure appelé Harmony. Vincent Yang, un vice-président senior de Huawei, a déclaré le mois dernier que Harmony était conservé comme une solution de dernier recours et que la société travaillerait avec Android aussi longtemps qu'elle le pourrait.

Version originale : Business Insider / Isobel Asher Hamilton

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Huawei lance une contre-offensive devant un tribunal des États-Unis

VIDEO: Pourquoi les chats peuvent survivre à une chute de 32 étages sans blessures graves