Publicité

Le minage de bitcoin serait tombé à zéro en Chine pour s'implanter notamment aux Etats-Unis

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le minage de bitcoin serait tombé à zéro en Chine pour s'implanter notamment aux Etats-Unis
Une machine dédiée au minage de cryptomonnaies comme le bitcoin, la première d'entre elles. © rebcenter-moscow/Pixabay
Publicité

La Chine a décidé de serrer la vis et de recadrer un certain nombre d'activités dans le pays. Parmi les premières victimes de cette reprise en main de l'économie par le président Xi Jinping, figurent notamment les cryptomonnaies. Le pouvoir teste sa propre monnaie numérique, le e-yuan, notamment pour contrer la montée en puissance du bitcoin. Et il a tout simplement interdit le minage sur le territoire chinois. Cette activité permet de valider et traiter les transactions sur une blockchain, la technologie sur laquelle repose les cryptomonnaies comme le bitcoin, pour sécuriser et synchroniser ce réseau décentralisé, qui se passe d'intermédiaires comme les banques.

Officiellement, le minage de bitcoin a été interdit en raison de son caractère extrêmement énergivore, alors que la Chine affiche désormais l'ambition d'atteindre la neutralité carbone en 2060 et que sa production d'électricité provient encore pour beaucoup de ses centrales à charbon. Cette activité nécessite effectivement une très grande puissance de calcul pour résoudre des équations mathématiques complexes. Des machines (des Asic) doivent tourner à plein régime pour valider les transactions.

>> Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d'achat et de vente en ligne Coinhouse

Alors que la Chine concentrait une grande partie du minage mondial il y a encore quelques mois, les mesures drastiques imposées par le régime à partir de juin ont totalement modifié la donne et la géographie de cette activité. La puissance de calcul (le "hashrate" ou "taux de hachage") dédiée au minage serait ainsi tombée à zéro dans le pays, selon l'université de Cambridge, qui tient un indice sur la consommation mondiale d'électricité du bitcoin.

Etats-Unis et Kazakhstan prennent le relais

La Chine représentait jusqu'à 75,5% du minage mondial en septembre 2019. Contraint de migrer leurs activités, les mineurs se sont notamment implantés dans le Kazakhstan voisin, dont la part de marché atteint à fin août 18,1%, selon les chercheurs de Cambridge, contre 8,2% fin avril 2021.

Mais le redéploiement du minage semble surtout profiter aux Etats-Unis, le pays accueillant 35,4% de la puissance de calcul global dédiée au minage, contre 16,8% fin avril. La Russie complète le podium, avec une part de marché de 11% fin août, contre 6,8% auparavant. La France ne représenterait de son côté que 0,20% du minage mondial de bitcoin.

Cette activité réclame une consommation annuelle en électricité de plus de 99 térawatt-heure (TWh), précise l'université de Cambridge, soit plus que la consommation annuelle de pays comme Israël, la Belgique ou le Chili.

À lire aussi — Minage, blockchain... mieux comprendre le bitcoin et l'univers crypto à travers 11 termes techniques

Découvrir plus d'articles sur :