Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le ministère des Armées a fait appel à des auteurs de science-fiction pour anticiper les futures menaces, voici deux de leurs scénarios

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le ministère des Armées a fait appel à des auteurs de science-fiction pour anticiper les futures menaces, voici deux de leurs scénarios
© Pixabay

“Étonnez-nous, bousculez-nous, faites-nous sortir de nos habitudes et de notre confort. Votre mission est sérieuse, précieuse et exigeante”. L'encouragement est signé Florence Parly à l'attention des nouveaux venus au ministère des Armées : des auteurs, scénaristes dessinateurs de science-fiction. Dix d'entre-eux ont été sélectionnés — parmi plus de 600 candidatures — pour composer la Red Team. Présentée vendredi 4 décembre à l'occasion du Digital Forum Innovation Défense, elle vise à imaginer et anticiper les différents scénarios de menaces auxquels la France pourrait être confrontée à horizon 2030-2060.

L'équipe est chapeautée par l'État-major des armées, la Direction générale de l'armement (DGA) et la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) avec la participation de l'université Paris Sciences & Lettres (PSL). "Cela n’a rien de superficiel ou de léger", assure la ministre des Armées. À tel point que de futurs travaux de la Red Team pourront être classifiés à l'avenir. Quelles seront les principales forces en présence dans trente ans ? Quelles technologies pourraient être généralisées et rebattre les cartes sur la scène mondiale ? Comment la France pourra-t-elle faire face à des menaces nouvelles, protéiformes et imprévisibles ?

C'est pour anticiper ces situations que la Red Team a été mise en place. Non pas pour imaginer des armes futuristes improbables, mais pour penser des scénarios vraisemblables basés sur des composantes bien réelles : changement climatique, explosion démographique, affirmation régionale de grandes puissances ou progrès technologique.

A lire aussi — 5 innovations technologiques prometteuses portées par l'armée française

Les premiers travaux de la Red Team ont porté sur deux scénarios imaginant les "pirates du futur" — tant physiques que cybernétiques — et la manière dont ils pourraient opérer. Et ce dans tous les domaines, qu'ils soient spatiaux, terrestres ou maritimes. Il n'est pas question ici d'affrontement inter-étatique mais bien de conflit asymétrique. La figure du pirate a traversé les âges et existe encore aujourd'hui sur Internet ou au large de la Corne de l'Afrique. Les prospections de la Red Team envisagent l'émergence de mouvements pirates organisés et fortement politisés dont la cause dépasse le simple intérêt lucratif.

Premier scénario : 'Barbaresques 3.0', une Méditerranée sous le joug des pirates

Alia N'Saadi est la leader charismatique des pirates du couchant. Originaire d'un pays du Maghreb miné par les inégalités, elle a perdu ses enfants lors de manifestations sanglantes en 2037. Un traumatisme qui a nourri sa volonté de justice et de liberté. Capture d'écran/Ministère des armées

Pensé par les auteurs Xavier Dorison, DOA et Xavier Maumejean, "Barbaresques 3.0" imagine une mer Méditerranée devenue terrain de chasse privilégié d'un groupe très organisé, les Pirates du Couchant, à horizon 2050. La zone a fortement évolué par rapport à 2020 : à l'est la Turquie a étendu sa puissance régionale en envahissant les îles grecques du Dodécanèse et les États au sud sont désormais "balkanisés". Le trafic maritime s'est lui entièrement automatisé, les navires étant équipés de "systèmes de défense létaux autonomes" pour réagir aux attaques pirates. On note également l'implication grandissante de compagnies de sécurité privées embauchées par les armateurs.

Enfin, la composante technologique figure ici sous le nom de NeTam (pour NeuroTerreAirMer) : une interface neuronale permettant aux cerveaux de militaires de contrôler des équipements à distance. C'est en hackant le NeTam que les pirates vont agir et procéder, selon les auteurs, à la "contamination des esprits".

En mettant la main sur le système, les pirates peuvent ainsi modifier la perception de la réalité des militaires. Et surtout, les pousser à réaliser l'impensable : attaquer leurs alliés. C'est ce qu'il se passe dans le port de La Valette, capitale de Malte, quand l'équipage d'un navire français, sous l'emprise du virus, tire sur un navire d'escorte italien. L'énorme confusion qui règne alors permet aux pirates de s'emparer d'une cargaison de lithium, qu'ils vendront ensuite à la Chine.

A lire aussi — Le plus gros drone au monde vient d'être dévoilé et pourrait bientôt mettre des satellites en orbite

Second scénario : 'P-Nation', une nation pirate insaisissable

Capture d'écran/Ministère des Armées

Nous sommes en 2030, le monde assiste à une succession de catastrophes naturelles dévastatrices qui rendent les coeurs continentaux inhabitables et les côtes difficilement vivables. Les auteurs Virginie Tournay, Laurent Genefort et Romain Lucazeau ont imaginé un scénario à deux faces. D'un côté, des millions de personnes jetées sur les routes de l'exil par le changement climatique et un affaissement des gouvernances étatiques sur fonds de montée des logiques totalitaires et identitaires.

De l'autre, la généralisation d'une surveillance de masse à travers un puçage forcé des populations, permettant aux gouvernants de les suivre à la trace. Ceux qui refusent de se faire pucer sont rendus apatrides. La P-Nation prend alors forme. Composée de migrants climatiques et économiques, elle va occuper l'espace maritime dans de véritables villes flottantes, peu hospitalières.

Elle est empreinte de conscience environnementale et développe sa pratique propre de la piraterie en pratiquant le rançonnage, la cyber-piraterie et en menant des raids pour des ressources terrestres. Marquée par la misère, elle ne va cesser de croître, jusqu'à atteindre 150 millions d'habitants en 2035.

A lire aussi — L'armée britannique compte déployer des 'essaims de drones' d'ici six mois

Les pays européens travaillent eux sur un projet titanesque d'ascenseur spatial. Des dizaines de milliers de kilomètres de câbles sont ainsi acheminés et superposés, avec l'objectif d'accéder aux réserves minières des astéroïdes et de se rapprocher de la conquête de Mars. Le projet est centralisé à Kourou, en Guyane française.

En 2042, alors que la fusée Ariane Heavy est lancée pour la dernière fois et que l'ascenseur est quasiment achevé, elle est détruite en vol par un projectile tiré depuis un sous-marin. La France est prise de court : en quelques heures, la Guyane est envahie pas les hommes de la P-Nation, qui signe là son acte de naissance dans le concert géopolitique mondial.

Au prix d'intenses combats, les forces françaises parviennent à reprendre le territoire — mais la P-Nation a atteint son objectif. En 2060, elle est présente sur tout le littoral mondial. Ses villes flottantes, surpeuplées et insalubres, sont un "enfer opérationnel" pour les forces françaises.

Mais l'unité de la P-Nation va peu à peu s'effriter, des factions internes en viennent à s'affronter et l'une d'elle va même jusqu'à capturer un navire transportant des produits chimiques — un acte aux antipodes mêmes de l'esprit éco-responsable, fondateur du mouvement. Une situation insaisissable qui ouvre la voie à un véritable chaos.

Deux scénarios quelque peu "angoissants" aux dires d'Emmanuel Chiva, le directeur de l'Agence d'innovation de défense. Reste à savoir si l'avenir donnera raison à la Red Team.

A lire aussi — L'armée française teste un laser anti-drones avec des résultats 'prometteurs'

Découvrir plus d'articles sur :