Le module russe Nauka a déclenché ses moteurs par erreur, l'ISS a pivoté de 45 degrés pendant 1 heure

  • ISS
  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le module russe Nauka a déclenché ses moteurs par erreur, l'ISS a pivoté de 45 degrés pendant 1 heure
Le module Nauka s'arrime à l'ISS. © NASA via Youtube

Le nouveau module russe a mal fonctionné après son amarrage jeudi 29 juillet. Appelé Nauka, il a déclenché de manière inattendue ses propulseurs, ce qui a déplacé l'ensemble de la Station spatiale internationale. Le module scientifique tant attendu avait déjà rencontré plusieurs problèmes techniques sur son chemin vers l'ISS, mais une fois amarré à la station spatiale jeudi, il semblait être hors de danger. Puis, environ trois heures après son arrivée, Nauka a soudainement mis à feu ses propulseurs.

Les astronautes de l'ISS ont dit aux contrôleurs de vol qu'ils voyaient quelque chose d'étrange par leurs fenêtres. Le journaliste spatial Anatoly Zak a été parmi les premiers à noter leurs observations. "De nombreuses particules sont également observées à l'extérieur de la station, ce qui indique une fuite importante de propergol ou un dégagement de gaz", a tweeté Anatoly Zak.

À lire aussi — Le module russe Nauka s'est amarré à l'ISS, le bras robotisé européen va pouvoir être déployé

En réponse à ce problème, les contrôleurs de vol ont commencé à mettre à feu les propulseurs de deux autres parties de la partie russe de l'ISS, dont le module de service, dans ce qu'ils ont appelé une "lutte acharnée" pour ramener la station spatiale dans sa position normale.

Les contrôleurs de vol de l'ISS ont annoncé que les propulseurs de Nauka avaient finalement cessé de fonctionner et qu'ils avaient repris le contrôle de la position de la station. Au cours de cette heure, Nauka a fait pivoter l'ISS de 45 degrés. "Tous les autres systèmes de la station fonctionnent parfaitement", a déclaré la NASA jeudi après-midi. "Aucun des autres segments n'a été endommagé de quelque manière que ce soit."

Une fuite d'hélium pourrait être à l'origine de ce dysfonctionnement

Une fusée Proton-M transportant le module Nauka s'envole de la rampe de lancement du centre spatial russe de Baïkonour, au Kazakhstan, le 21 juillet 2021. Roscosmos Space Agency Press Service/AP

Une perte soudaine de contrôle de l'orientation de la station spatiale n'est "pas un événement courant", a déclaré la NASA, ajoutant que des procédures sont en place pour résoudre un tel problème lorsqu'il se présente. Parfois, les contrôleurs de vol modifient délibérément l'orientation de l'ISS pour éviter les débris spatiaux ou pour faciliter l'amarrage d'un vaisseau spatial à la station.

L'équipage de l'ISS n'est pas en danger et ne l'a jamais été, selon les contrôleurs de vol du Johnson Space Center de la NASA. Il y a actuellement deux cosmonautes, Oleg Novitskiy et Pyotr Dubrov, à bord de la station spatiale, ainsi que cinq astronautes : Akihiko Hoshide de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale, Thomas Pesquet de l'Agence spatiale européenne, et Shane Kimbrough, Megan McArthur et Mark Vande Hei de la NASA.

"On peut dire que le reste de la journée ne se déroulera plus comme prévu, bien sûr", a déclaré un contrôleur de vol aux astronautes de l'ISS jeudi 29 juillet. Les contrôleurs leur ont demandé de vérifier le côté tribord, ou droit, de la station pour voir s'il y avait des dommages à l'extérieur de la station ou des débris flottants.

Jusqu'à présent, les astronautes n'ont rien signalé d'anormal. Ils n'ont même pas senti la station bouger pendant l'incident, selon le responsable du programme ISS, Joel Montalbano. "Nous avons demandé à l'équipage : "Hé, la station spatiale a-t-elle tremblé ?". Et la réponse a été négative", a-t-il déclaré lors d'un briefing. Joel Montalbano a ajouté qu'il n'était "pas trop inquiet" étant donné que la vitesse maximale de rotation de la station était d'environ un demi-degré par seconde.

On ne sait pas encore ce qui a provoqué l'allumage des moteurs. Mais Anatoly Zak a écrit que le centre de contrôle de la mission russe a découvert une fuite d'hélium dans un ou deux réservoirs de Nauka, ce qui a pu perturber le fonctionnement des propulseurs. Les contrôleurs de vol russes ont confirmé à la NASA qu'ils avaient désactivé les propulseurs errants. Anatoly Zak a également indiqué que Nauka avait utilisé tout le propergol disponible pour ses propulseurs et qu'il n'y avait donc aucune chance qu'une autre "lutte acharnée" ait lieu.

Un amarrage spectaculaire

L'ISS photographiée en 2018. NASA/Roscosmos

Nauka, qui est également connu sous le nom de module de laboratoire polyvalent (MLM), devait initialement être lancé en 2007, mais des problèmes techniques et des réparations imprévues ont entraîné des années de retard. Le module agrandit la partie russe de l'ISS, en ajoutant des installations scientifiques, des quartiers d'équipage et un nouveau sas pour les sorties dans l'espace. Il comporte également un nouveau port d'amarrage pour les vaisseaux spatiaux russes.

Mais la mise en orbite de Nauka ne s'est pas faite sans heurts. Peu après son lancement, le 21 juillet, Nauka n'a pas réussi à allumer ses moteurs principaux et à se hisser à une altitude plus élevée. Les contrôleurs de mission russes ont dû demander au module de 13 m de long et de 2,5 tonnes d'allumer ses propulseurs de secours pour revenir sur la bonne voie.

Après l'amarrage réussi de Nauka jeudi 29 juillet, les deux cosmonautes de l'ISS ont commencé à vérifier l'absence de fuites, à préparer l'ouverture de l'écoutille du module et à intégrer le module dans les systèmes électriques et informatiques de la station. Mais après la mise à feu des moteurs, les contrôleurs de vol ont conseillé à l'équipage de l'ISS de garder l'écoutille fermée et de fermer les fenêtres de la station.

La NASA et l'agence spatiale russe, Roscosmos, vont passer les prochains jours à enquêter sur l'incident. Roscosmos prendra la tête de l'analyse de Nauka, tandis que la NASA se concentrera sur l'évaluation des structures de la station spatiale pour détecter tout signe de dommage. "Nous ferons un examen rapide d'ici demain en fin de journée", a déclaré Joel Montalbano. "Cela nous dira si nous trouvons des éléments qui nous inquiètent et que nous voulons aller examiner."

Version originale : Morgan McFall-Johnsen, Aylin Woodward/Insider

À lire aussi — Un bras robotisé européen va être lancé vers la Station spatiale internationale

Découvrir plus d'articles sur :