Les mueslis vendus dans le commerce ont en général une image de produit sain et bon pour la santé. Le magazine Que Choisir a testé 22 références de mueslis achetées en supermarchés, magasins bio ou sur internet pour passer au peigne fin la qualité des ingrédients, les aspects nutritionnels, la composition, etc. Les surprises de cette étude sont nombreuses. Premier enseignement, il vaut mieux privilégier les mueslis de type "floconneux" au mueslis "croustillants". Ces derniers auraient en effet un taux de matière grasse plus haut, du fait de leur méthode de fabrication : pour pouvoir former des pépites et les griller, les fabricants ajoutent des matières grasses directement dans le produit.

Autre souci pointé par l'étude, la présence de sirop de glucose ou d'extrait de malt d'orge. Ingrédients ultratransformés, ils ont un pouvoir sucrant et jouent également le rôle d'agent de texture pour prévenir la formation de cristaux de sucre. Mais le sirop de glucose provoquerait, par exemple, des pics de glycémie plus élevés que le sucre blanc, facteur d'obésité à moyen terme. Petite subtilité supplémentaire, certains mueslis sont indiqués comme "sans sucres ajoutés" même s'ils contiennent de l'extrait de malt d'orge. Utilisé pour sucrer, il peut aussi être ajouté pour changer la couleur ou la texture d'un produit. Si le fabricant déclare cet usage à l'occasion d'un contrôle, il a le droit de dire qu'il n'y a pas de sucre ajouté. Une combine qui reste en phase avec la réglementation...

A lire aussi — Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, cette enseigne propose des produits moches ou presque périmés 30% moins cher

3% de fruits seulement dans les mueslis, souvent beaucoup moins en réalité

L'étude du magazine Que Choisir dénonce également l'ajout d'inuline dans certains mueslis étudiés. Glucide voisin de l'amidon, il est en général issu de la chicorée : l'inuline est censé enrichir en fibres le muesli. Déjà considéré comme une bonne source de fibre grâce aux céréales complètes et aux fruits secs, l'intérêt de rajouter cet ingrédient dans la composition du muesli ne semble pas évident. D'autant que ce produit ne fait pas consensus : alors que certaines études soulignent qu'il favorise le bon fonctionnement des intestins, d'autres travaux préliminaires s'inquiètent d'un effet cancérogène sur des rongeurs.

Dernière surprise, si les fabricants mettent en avant sur leurs emballages la présence de fruits, la quantité est souvent en réalité très faible dans les paquets de mueslis, en général de l'ordre de 3% et même souvent moins. Les analyses de Que Choisir ont en plus constaté pour certains produits des écarts significatifs entre la valeur indiquée et la quantité réelle de fruits trouvée par le laboratoire. Les fabricants expliqueraient notamment ces écarts par le fait que certains fruits déshydratés se pulvériseraient dans les paquets. 

Originaire de Suisse, le muesli a vu le jour au tout début du XXème siècle grâce au médecin nutritionniste Bircher-Benner. Une recette directement inspirée du repas des bergers suisses qu'il décida de proposer aux patients de sa clinique. Les ingrédients étaient à l'origine les suivants : du blé écrasé dans du lait accompagné de miel et de pomme, voire de noix selon la saison. On était donc bien loin du sucre et des additifs des mueslis industriels actuels.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les produits que l'on peut encore manger après leur date de péremption sans danger