Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le mystère de l'origine des pierres de Stonehenge est enfin résolu

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


A l'intérieur du cercle de Stonehenge. © James Davies/English Heritage

L'histoire de l'origine des pierres de Stonehenge a déconcerté les archéologues pendant des siècles. Ce mystérieux monument, érigé en deux vagues de construction il y a 5 000 et 4 500 ans, dans la plaine de Salisbury au Royaume-Uni, présente deux types distincts de dalles de pierre en demi-cercle. Les chercheurs ont retrouvé la trace d'un type de pierre, les plus petites pierres bleues, jusqu'à un site au Pays de Galles. Mais l'origine des blocs de grès de 9 mètres de long de Stonehenge, appelés sarsens, est restée un mystère jusqu'à aujourd'hui.

Selon une étude publiée mercredi 29 juillet dans la revue Science Advances, les bâtisseurs de Stonehenge ont traîné la plupart de ces sarsens de 22 700 kg d'une zone boisée du Wiltshire, en Angleterre. Cette zone, appelée West Woods, se trouve à plus de 25 kilomètres du monument — "ce qui est vraiment fou si vous y réfléchissez", s'enthousiasme David Nash, l'auteur principal de l'étude, contacté par Business Insider US. "Nos résultats suggèrent que la plupart des sarsens de Stonehenge partagent une chimie commune, c'est pourquoi nous en déduisons qu'ils proviennent de la même région."

Ces résultats pourraient aider les archéologues à comprendre comment les bâtisseurs ont transporté les pierres géantes vers le sud.

Les sarsens de Stonehenge venaient de forêts situées à 25 km du site

Stonehenge avait à l'origine 80 sarsens érigés en arcs carrés, mais il n'en reste que 52. Selon l'analyse des éléments présents dans les roches, effectuée par l'équipe de David Nash, 50 de ces 52 sarsens partagent la même composition chimique.

Le chercheur Jake Ciborowski analyse une pierre de sarsen à Stonehenge à l'aide d'un spectromètre portable à fluorescence de rayons X.  David Nash/Université de Brighton

Armée de cette signature chimique, l'équipe a cherché d'autres sarsens dans le sud du Royaume-Uni et a comparé ces rochers avec celles de Stonehenge. Ils ont trouvé leur correspondance à West Woods, à environ 25 km au nord du monument.

Avant cette découverte, les archéologues avaient émis l'hypothèse que les sarsens provenaient d'une région voisine appelée Marlborough Downs, car "il y avait de grosses pierres grises à Stonehenge, et les sarsens de Marlborough Downs étaient gros et gris", explique David Nash. Les West Woods font partie de cette région, mais les chercheurs n'avaient jamais cherché d'indices à cet endroit en particulier, car la plupart des sarsens qui s'y trouvaient étaient cachés sous la végétation.

Une grande pierre de sarsen à West Woods, la région d'où proviennent probablement la plupart des sarsens utilisés pour construire Stonehenge. Katy Whitaker/Historic England/University of Reading

De plus, selon David Nash, l'origine lointaine des pierres bleues de Stonehenge prouve que les constructeurs n'ont pas nécessairement sélectionné les pierres des endroits les plus pratiques. "Étant donné que les bâtisseurs se sont donné la peine d'apporter des pierres bleues du Pays de Galles à Stonehenge, pourquoi apporteraient-ils des sarsens de l'endroit le plus proche ?" questionne David Nash. Au moins quatre douzaines de pierres bleues de 2 à 5 tonnes proviennent des collines de Preseli, au Pays de Galles, à environ 240 kilomètres de là. "Les gens qui ont construit Stonehenge n'étaient pas été gênés par la distance", remarque David Nash.

La raison pour laquelle les constructeurs ont utilisé des sarsens de West Woods n'est toujours pas claire, mais les auteurs de l'étude suggèrent que cela avait probablement à voir avec "la taille et la qualité des pierres présentes là-bas".

Tous les sarsens peuvent avoir été déplacés en même temps

Cette nouvelle découverte n'explique pas ce à quoi Stonehenge servait — David Nash relate certaines théories comprenant un lieu d'enterrement et d'incinération, et un lieu de guérison antique. Mais savoir d'où proviennent les sarsens pourrait au moins aider les experts à comprendre comment les bâtisseurs du monument l'ont érigé et le chemin qu'ils ont pris pour transporter leurs matériaux de construction.

David Nash analysant une carotte de sarsen extraite de Stonehenge.  Sam Frost / English Heritage

David Nash explique qu'il est probable que les bâtisseurs de Stonehenge aient utilisé une sorte de rouleau, ou traîné les sarsens sur une surface glissante comme de la végétation ou un sol gelé. "Rien ne prouve qu'ils aient utilisé des animaux pour le faire, mais nous ne le savons pas avec certitude", précise-t-il.

La nouvelle étude soutient également l'idée que les bâtisseurs ont sculpté et relevé tous les sarsens en position debout dans le cercle de rochers de Stonehenge au même moment, environ 2 500 ans avant J.-C., après les avoir transportés en masse.

Stonehenge.  Andre Pattenden/English Heritage

"Pour moi, cela confirme en quelque sorte l'idée que toutes les pierres ont été déplacées d'un seul coup, en même temps", avance David Nash. "C'est très étonnant : combien de personnes devraient être impliquées pour traîner d'énormes rochers dans le cadre d'un si grand projet ?"

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

A lire aussi — La moisissure de Tchernobyl pourrait protéger les astronautes des radiations dans l'espace

Découvrir plus d'articles sur :