Publicité

Le nouveau porte-avions chinois s'assemble rapidement et pourrait être lancé d'ici la fin de l'année

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le nouveau porte-avions chinois s'assemble rapidement et pourrait être lancé d'ici la fin de l'année
Le Liaoning, le premier porte-avions chinois, quitte Hong Kong en 2017. © Associated Press
Publicité

La Chine a fait des progrès significatifs sur son prochain porte-avions au cours des dernières semaines, selon une analyse des dernières images satellites. Des images de haute résolution prises en mai par Maxar Technologies et analysées par des experts du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) ont montré que le porte-avions prenait forme au chantier naval de Jiangnan à Shanghai, mais qu'il restait encore beaucoup de travail à faire.

Photo satellite haute résolution de Maxar Technologies du troisième porte-avions chinois, un navire pour le moment appelé Type 003, en construction au chantier naval de Jiangnan.  CSIS/Maxar Technologies 2021

Une photo satellite prise par Maxar environ six semaines plus tard et analysée par le CSIS montre que la Chine a presque terminé les travaux sur le pont d'envol du porte-avions, les flancs et la superstructure de base, selon le groupe de réflexion basé à Washington DC.

À lire aussi — La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'

Une photo satellite haute résolution de Maxar Technologies du troisième porte-avions chinois en construction. CSIS/Maxar Technologies 2021

Les travaux sur le navire, qui sera le troisième porte-avions du pays, ont commencé en 2018. Dans un rapport du ministère de la Défense américain sur l'armée chinoise publié l'année suivante, le Pentagone affirmait que le navire "sera probablement plus grand et équipé d'un système de lancement par catapulte." L'imagerie satellitaire récente confirme cette évaluation antérieure.

Plus long que ses prédécesseurs

Le CSIS estime que la longueur du nouveau navire est d'environ 318 mètres, soit davantage que ses deux prédécesseurs, le Liaoning et le Shandong. La superstructure, également appelée "île", est plus petite, ce qui laisse plus de place sur le pont d'envol pour une aile aérienne plus grande.

Le pont d'envol du porte-avions est plat et un système de lancement assisté par catapulte est clairement visible sur les dernières photos, bien que l'on ne sache pas si le navire utilisera des catapultes à vapeur comme les porte-avions de la classe Nimitz de la marine américaine ou des catapultes électromagnétiques comme celles des porte-avions plus récents de la classe Ford. Quoi qu'il en soit, les catapultes constitueront une amélioration substantielle par rapport aux conceptions précédentes.

Les catapultes permettent de disposer d'une flotte aérienne plus diversifiée, composée non seulement de chasseurs mais aussi d'avions d'alerte précoce. Elles permettraient également aux chasseurs chinois d'atteindre leur potentiel. Le Liaoning et le Shandong sont tous deux équipés de tremplins qui limitent la quantité d'armes et de carburant que les lourds chasseurs chinois J-15, basés sur le porte-avions, peuvent emporter, ce qui réduit la puissance de combat globale des bâtiments.

À lire aussi — La croissance des avions de transport de l'armée chinoise impressionne et inquiète ses rivaux

Le Liaoning, le premier porte-avions construit par la Chine. REUTERS/Bobby Yip

Le plus récent porte-avions de la Chine, qui sera à propulsion conventionnelle, devrait être comparable aux porte-avions de la classe Kitty Hawk de la marine américaine, qui sont désormais hors service. Mais le Type 003 sera doté de systèmes embarqués plus avancés que les premiers navires mis en service dans les années 1960.

"Nous ne nous attendions pas à ce que les choses avancent aussi vite"

En juin, les experts du CSIS qui suivent le développement de ce porte-avions affirmaient que la Chine ne serait pas en mesure de lancer le navire avant 2022. Mais "des images récentes suggèrent que le navire pourrait être mis à l'eau plus tard cette année", ont-ils écrit dans leur dernier rapport.

"Nous ne nous attendions pas à ce que les choses avancent aussi vite", a déclaré à Insider Matthew Funaiole, chargé de mission au China Power Project du CSIS. "Il semble qu'ils aient avancé un peu plus vite que prévu", a-t-il ajouté. "Ils avancent à un rythme assez soutenu. À ce stade, je ne serais pas surpris qu'il finisse par être mis à l'eau un peu plus tard cette année."

À lire aussi — Ce que l'on sait du Xian-H20, le futur bombardier chinois qui peut transporter des missiles nucléaires

Dans leur précédent rapport publié en juin, Matthew Funaiole et d'autres experts du CSIS estimaient que le navire devrait "constituer un ajout formidable à la marine chinoise et lui permettre de projeter plus efficacement sa puissance" lorsqu'il entrera finalement en service, ce qui pourrait se produire des années après son lancement.

La Chine a rapidement produit de nouveaux navires plus performants, tels que son nouveau porte-avions, mais la construction d'une marine ne se limite pas à la quantité et à la qualité des navires de la flotte. Le pays a fait des progrès considérables dans la constitution d'une force de porte-avions, notamment avec son dernier-né, mais il lui faudra probablement du temps pour acquérir les connaissances et l'expérience nécessaires à l'utilisation efficace de ses bâtiments. La marine chinoise dispose de porte-avions depuis moins d'une décennie.

On s'attend à ce que la Chine construise d'autres navires de ce type, et éventuellement un porte-avions à propulsion nucléaire à l'instar des onze bâtiments actuellement exploités par la marine américaine — cela reste à voir.

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Hélicoptères autonomes, essaims de drones... 5 innovations technologiques portées par l'armée chinoise

Découvrir plus d'articles sur :