Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le nouveau propriétaire de la Formule 1 veut que la course auto soit aussi populaire que le Super Bowl

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le nouveau propriétaire de la Formule 1 veut que la course auto soit aussi populaire que le Super Bowl
© REUTERS/Ahmed Jadallah

Le Grand Prix de France de Formule 1 est de retour. Il aura lieu en 2018, sur le circuit du Castellet dans le Var (83).

La France n'était plus une étape du championnat du monde depuis 2008.

C'est une aubaine pour le pays et la région car concomitamment, la F1 vient de changer de propriétaire. Et ce dernier a des ambitions gigantesques pour promouvoir le sport automobile.

Liberty Media est un groupe de media contrôlé par John Malone. Il a acquis cette année la F1 pour 8 milliards de dollars, soit environ 7,5 milliards d'euros. Il a prévu une refonte complète de la compétition qui laisse supposer un bond des revenus publicitaires et des sponsors et un élargissement de ses fans aux Etats-Unis.

Un des hauts responsables de la F1 a ainsi expliqué au Financial Times que le nouveau propriétaire escomptait faire de chaque Grand Prix "un équivalent du Super Bowl".

Plutôt que de se contenter d'être comme aujourd'hui un événement sportif concentré sur le week-end, Liberty veut transformer chaque Grand Prix en événement sur plusieurs jours, selon une source anonyme.

De nouvelles courses de Formule 1 devraient également être lancées aux Etats-Unis. Les villes de New York, Miami, Los Angeles et Las Vegas sont envisagées.

Outre l'aspect sportif, Liberty souhaite également complètement revoir sa stratégie marketing.

"Il n'y a aucun marketing, ni recherche, ni data, ni plateformes digitales... Ce sport a un unique contenu global et n'a pas fait ce qu'il fallait pour en tirer profit. Nous devons construire des rivalités et donner la possibilité aux gens de comprendre la technologie qui irrigue ce sport" a indiqué au Financial Times le cadre dirigeant de la Formule 1.

Pour cela, la Formule 1 devrait probablement rechercher un sponsor issu de la tech, précise ce dirigeant, ajoutant que la course automobile souhaite également explorer la réalité virtuelle pour embarquer les gens au plus près de l'événement.

Le Financial Times révélait en avril que les équipes de F1 avaient vu leurs revenus issus du sponsoring décliner. L'an dernier, les 10 équipes ont recueilli 750 millions de dollars (712 millions d'euros), contre 950 millions en 2011.

Version originale : Lara O'Reilly/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :