Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le patron de Nissan Hiroto Saikawa démissionnera le 16 septembre après avoir indûment perçu des centaines de milliers d'euros

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le patron de Nissan Hiroto Saikawa démissionnera le 16 septembre après avoir indûment perçu des centaines de milliers d'euros
© ... REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. MANDATORY CREDIT. JAPAN OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN JAPAN. THIS IMAGE WAS PROCESSED BY REUTERS TO ENHANCE QUALITY, AN UNPROCESSED VERSION HAS BEEN PROVIDED SEPARATELY.

Hiroto Saikawa va finalement quitter Nissan. Il démissionnera de son poste de directeur général du constructeur automobile japonais le 16 septembre. "Saikawa a récemment indiqué qu'il penchait pour une démission et, conformément à sa volonté de passer le relais à une nouvelle génération de dirigeants chez Nissan, il démissionnera le 16 septembre", a déclaré à la presse le président de Nissan, Yasushi Kimura, lundi 9 septembre. Il sera remplacé à titre provisoire par le directeur général adjoint Yasuhiro Yamauchi.

Avec d'autres dirigeants, Hiroto Saikawa a bénéficié d'une rétribution jugée inappropriée, qui s'élèverait à plusieurs dizaines de millions de yens, soit plusieurs centaines de milliers d'euros. Le comité d'audit de Nissan a révélé les conclusions d'une enquête interne le 4 septembre, évoquant 47 millions de yens (près de 400 000 euros) touchés en excès en 2013. Le directeur général du constructeur aurait perçu cet argent via un système de bonus liés à ses actions.

A lire aussi — Des actionnaires de Nissan accusent son patron d'avoir couvert Carlos Ghosn

S'exprimant jeudi 5 septembre devant des journalistes, Hiroto Saikawa a demandé pardon et promis de restituer le trop-perçu. Il a en revanche nié avoir joué un rôle direct dans la mise en oeuvre de ce sytème, assurant qu'il pensait que les "procédures appropriées" avaient été respectées. Cette affaire jettent une ombre sur la promesse du patron japonais d'améliorer la structure de gouvernance de Nissan après l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre dernier, sur des accusations de malversations financières.

Le constructeur nippon, partenaire de Renault, a précisé dans un communiqué qu'il souhaitait trouver un successeur définitif à Hiroto Saikawa d'ici fin octobre.

Découvrir plus d'articles sur :