Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le patron de Pfizer veut tirer profit de la vente des vaccins contre le Covid-19 aux Etats-Unis

Le patron de Pfizer veut tirer profit de la vente des vaccins contre le Covid-19 aux Etats-Unis
Albert Bourla, DG de Pfizer © AP Photo/Pablo Martinez Monsivais

Alors que les candidats vaccins contre le coronavirus poursuivent leurs essais avant d'obtenir l'approbation de la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis, le DG de Pfizer, Albert Bourla, n'est pas d'accord avec l'idée que les entreprises qui les développent ne devraient pas en tirer profit. "Je pense que c'est très mal", déclarait Albert Bourla à Barron's mardi 28 juillet. "Le secteur privé a trouvé la solution pour les diagnostics... et est en train de trouver d'autres solutions pour les thérapies et les vaccins".

Les essais de la phase 3 du candidat vaccin du laboratoire Pfizer ont commencé cette semaine. Selon Albert Bourla, le vaccin est "méticuleusement bien exécuté". S'il est approuvé pour un usage d'urgence, Pfizer enverra 100 millions de doses pour le gouvernement américain. Le gouvernement américain paiera 1,95 milliard de dollars (1,65 milliards d'euros) pour ces doses, soit un total d'environ 19,50 dollars (16,50 euros) par injection.

Pfizer n'est pas la seule entreprise qui espère qu'un vaccin sera prêt d'ici l'automne. AstraZeneca/Oxford et Moderna sont également en bonne voie pour que leurs vaccins soient prêts à être utilisés en cas d'urgence. Les personnes à haut risque de contracter le virus, y compris les travailleurs de la santé et les personnes âgées, pourraient obtenir le vaccin si la FDA l'approuve aux Etats-Unis.

Pas de fonds gouvernementaux utilisés pour le développer

Il n'existe pas de chiffres précis sur ce qu'une entreprise peut espérer tirer d'un vaccin contre le Covid-19 une fois qu'il sera commercialisé. La semaine dernière, le représentant américain Jan Schakowsky a demandé aux entreprises qui ont reçu une aide du gouvernement pour le développement du vaccin contre le coronavirus de vendre le vaccin au prix coûtant (sans réaliser de bénéfice dessus), selon NPR. Bien que les réponses aient varié, il est important de noter que Pfizer n'a pas utilisé de fonds gouvernementaux pour le développement de ses vaccins.

"Pendant la pandémie, nous avons fixé les prix les plus bas possibles", avance Albert Bourla. "Ce sont des fractions de ce que les vaccins d'une telle technologie coûtent aux États-Unis". AstraZeneca a promis de vendre son vaccin au gouvernement américain sans faire de profit, tandis que Johnson & Johnson vendra son vaccin à un "prix non lucratif" pour une utilisation d'urgence en cas de pandémie.

Version originale : Barbara Smith/Business Insider

A lire aussi — Le 'traumatisme' du Covid-19 fait perdre leurs cheveux à certains patients guéris

Découvrir plus d'articles sur :