Le patron de Samsung va être mis en examen pour corruption

Jay Y. Lee à Seoul, le 22 février 2017. REUTERS/Kim Hong-Ji

Le bureau du procureur spécial sud-coréen a annoncé mardi la prochaine mise en examen du patron de Samsung Group, Jay Y. Lee, ainsi que de quatre autres responsables pour corruption, détournement de fonds et d'autres infractions, au dernier jour de l'enquête sur un scandale national de corruption.

Le patron et héritier du conglomérat sud-coréen, âgé de 48 ans, a été arrêté le 17 février pour son implication dans une vaste affaire de trafic d'influence qui a entraîné la suspension de la présidente Park Geun-hye.

La Cour constitutionnelle doit se prononcer le mois prochain sur le vote du Parlement en faveur de la destitution de la présidente sud-coréenne.

"Les cinq responsables devront notamment répondre des accusations de corruption, détournement de fonds et de dissimulation de biens à l'étranger", a déclaré Lee Kyu-chul, un porte-parole du bureau du procureur spécial.

Jay Y. Lee sera également accusé de parjure devant le Parlement, a-t-il ajouté.

Les autres responsables mis en cause sont Choi Gee-sung et Chang Choong-ki, respectivement vice-président et président de Samsung Group, et Hwang Sung-soo et Park Sang-jin, respectivement vice-président et président de Samsung Electronics , a précisé le porte-parole.

Le conglomérat a annoncé dans la foulée le démantèlement de son bureau stratégique, le centre névralgique de ses opérations, et la démission de Choi Gee-sung et de Chang Choong-ki.

Le porte-parole du procureur spécial a déclaré que le cas de la présidente Park, qui restait suspecte, serait confié à des procureurs et que d'autres conglomérats pourraient être visés par l'enquête.

Park Geun-hye, 64 ans, est accusée, avec une amie et un de ses anciens conseillers, tous deux mis en examen, d'avoir fait pression sur de grandes entreprises sud-coréennes, dont Samsung, pour qu'elles fassent des dons à deux fondations mises en place pour soutenir ses initiatives politiques.

Le bureau du procureur spécial annoncera officiellement le 6 mars les conclusions de son enquête.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Snapchat a un gros problème avec Android, et les investisseurs commencent à s'inquiéter

VIDEO: Cet artiste japonais maîtrise la technique du Sometsuke à la perfection — sa précision défie toute concurrence