Le patron de TF1 réclame 33 centimes par abonné pour la diffusion de ses chaînes

Gilles Pélisson, président-directeur général de TF1. YouTube

Le conflit entre TF1 et les opérateurs pourraient encore se durcir dans les jours à venir. Alors que Canal+ a déjà unilatéralement décidé de couper le signal des chaînes du groupe privé, Free et Orange menacent de faire de même. Au milieu, les abonnés tentent de bricoler pour continuer à regarder leurs programmes préférés… Gilles Pélisson, le patron de TF1, a enfin pris la parole dans Le Parisien ce mardi pour tenter de calmer le jeu. "Chacun essaie de montrer ses muscles!", estime-t-il, ajoutant être "confiant" sur l'issue de la crise.

Mais surtout, le PDG de TF1 justifie ses exigences. Après des années durant lesquelles ses chaînes étaient diffusées gratuitement par les opérateurs, le groupe privé demande une rémunération. "Notre légitimité, c'est la qualité de nos contenus", affirme le patron de la Une. "Nous apportons un service qui mérite rémunération. il est temps de faire bouger les lignes". Evidemment, les diffuseurs ne l'entendent pas de cette oreille. "Si on se met à payer les chaînes gratuites, ça aura un impact direct pour le consommateur, d’une manière ou d’une autre", prévient par exemple Maxime Saada, directeur général de Canal+, sur Europe 1. Il pense alors à une hausse des abonnements ou à des investissements moins importants dans les contenus.

Tout est une question de chiffres. D'après le dirigeant de la chaîne cryptée, TF1 réclame "20, 30, 40 millions d'euros", soit "l'équivalent d'un Baron Noir ou d'un Bureau des légendes, des séries très appréciées des abonnés". Ce que conteste fermement Gilles Pélisson ce mardi. "Nos demandes n'ont rien de mirobolant, contrairement à ce qu"on essaie de faire croire", assure-t-il. "Je ne vous donnerai pas le montant exact parce que c"est le secret des affaires, mais c'est moins de 20 millions d'euros par opérateur".

>> Lire aussi - TF1-Canal+, un nouvel épisode de la vieille guerre Bouygues-Bolloré

Canal+ menace d'augmenter le prix des abonnements

Le patron de TF1 fait ensuite le calcule avec cette fourchette haute: "si un opérateur a 5 millions de box, ça fait 4 euros par abonné et par an, soit 33 centimes par mois!". Pour rappel, Orange revendique 6,9 millions d'abonnés ayant accès à la télé dans leur offre, Free 6 millions, SFR comme Canal+ 5 millions, et enfin, Bouygues 3,4 millions. Pour Gilles Pélisson, il est donc impensable que les diffuseurs en profitent pour augmenter le prix de leurs abonnements, d'autant qu'un accord a déjà été conclu avec Bouygues Télécom et SFR, sans impact sur les tarifs.

Malgré les blocages, TF1 espère aboutir à un accord bien avant la Coupe du monde de football, que le groupe diffusera en exclusivité en juin. Mais ses partenaires sont crispés. Free aurait laissé une semaine à la Une avant de couper le signal pour accepter sa dernière offre transmise mardi matin, selon Le Parisien. Orange, de son côté, aurait aussi proposé une nouvelle offre qualifiée de "raisonnable". Stéphane Richard a néanmoins affirmé mardi au Figaro être "prêt à couper TF1", ce qu'avait en réalité demandé le groupe privé lorsque leur accord était arrivé à terme, le 31 janvier dernier... Alors, au final, de quel côté le rapport de force basculera-t-il? En attendant, les audiences de TF1 pâtissent de la crise.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PSG joue la validation de son modèle économique face au Real Madrid — voici pourquoi

Voici la pire chose à faire quand vous vous levez le matin selon un médecin du sommeil