Le patron de TikTok a annulé sa rencontre avec les sénateurs américains qui enquêtent sur l'application chinoise

Le patron de TikTok Alex Zhu. Greylock Partners/YouTube

TikTok a annulé cette semaine plusieurs réunions prévues au Congrès américain avec des sénateurs qui ont exprimé leurs inquiétudes à propos des liens entre l'application de vidéos virales et la Chine, ainsi que de ses pratiques en matière de censure et de confidentialité. Ce voyage à Washington devait marquer la première rencontre entre le DG de TikTok, Alex Zhu, et les législateurs qui se sont montrés les plus critiques envers la plateforme.

Cependant, un porte-parole de TikTok a déclaré à Business Insider US que ces réunions avec des sénateurs américains de haut niveau ont été reportées à "après les fêtes", mais on ignore si une autre date a été fixée. Dans un communiqué, TikTok a affirmé à Business Insider US que "TikTok n'a pas de plus grande priorité que de répondre aux questions des membres du Congrès dans leur intégralité et en toute transparence. Pour que ces conversations soient aussi productives que possible, nous reportons ces réunions à après les fêtes."

Le Washington Post a rapporté la semaine dernière qu'Alex Zhu avait l'intention de rencontrer les sénateurs républicains Josh Hawley, Tom Cotton et Marco Rubio à Washington. Une réunion était également prévue avec la sénatrice Marsha Blackburn au sujet des inquiétudes concernant les données personnelles et la politique de confidentialité pour les enfants qui utilisent l'application, comme le rapporte Axios.

Mais la chaîne télévisée CNBC a, elle, rapporté que Marco Rubio avait décliné de rencontrer Alex Zhu, et un porte-parole de Tom Cotton a dit à Business Insider US la semaine dernière que le sénateur ne le rencontrerait pas non plus. 

Le gouvernement américain enquête 

TikTok est devenu un sujet de discussion récurrent chez les membres du gouvernement américain, alors qu'une enquête est en cours pour analyser les risques posés par l'application sur la sécurité nationale américaine ainsi que ses relations avec sa société mère chinoise, ByteDance. TikTok s'est toujours défendu en affirmant qu'aucun de ses modérateurs n'est basé en Chine et qu'aucun "gouvernement étranger" ne demande à la plateforme de censurer du contenu.

Pas plus tard que le mois dernier, TikTok a été invité à témoigner lors d'une audience au Congrès sur les relations des entreprises de la tech avec la Chine, mais la société a refusé d'envoyer qui que ce soit. Josh Hawley, qui a organisé l'audience, n'a pas tardé à exprimer sa désapprobation concernant l'absence de TikTok et cette politique de la "chaise laissée vide". 

Josh Hawley est passé par Twitter mardi soir pour annoncer que TikTok avait annulé sa réunion avec lui, et a déclaré que la plateforme n'était "pas prête à répondre aux questions".

 Info: @tiktok_us vient just d'annuler notre réunion prévue cette semaine. Ils ne sont pas prêts à répondre aux questions. Ont-ils reçu un coup de fil de Pékin ?

Une politique de censure appliquée par Pékin ?

TikTok fait face à des allégations de censure, l'application supprimerait des contenus "culturellement problématiques" et politiques qui pourraient être considérés comme offensants par le gouvernement chinois, selon des témoignages d'anciens employés de TikTok au Washington Post et des documents obtenus par The Guardian et le blog allemand Netzpolitik.

Lorsque des manifestations en faveur de la démocratie ont éclaté à Hong Kong plus tôt dans l'année, il n'y avait étrangement aucune vague de contestation sur TikTok et les vidéos publiées montraient des images bien plus édulcorées que la réalité.

Plus récemment, une utilisatrice du New Jersey s'est faite suspendre son compte TikTok après avoir fait le buzz pour avoir parlé du traitement des musulmans en Chine, dans des vidéos présentées comme de simples tutoriels de maquillage. TikTok s'est depuis excusé, mais a remis la responsabilité de la suppression des vidéos anti-gouvernement chinois à "une erreur humaine de modération".

De potentiels risques pour les données personnelles des utilisateurs

D'autres craignent que les liens entre la Chine et TikTok ne mettent en danger la confidentialité des données des utilisateurs. Un recours collectif a récemment été intenté en Californie par une étudiante qui avance que TikTok a accédé à ses renseignements personnels et à son contenu non publié sans son autorisation, et les a stockés sur des serveurs en Chine.

La semaine dernière, TikTok a également payé pour clôturer une autre poursuite concernant la protection de la vie privée des enfants. L'entreprise a versé 1,1 million de dollars en dommages et intérêts pour avoir, selon les allégations, recueilli des données et informations sur des enfants de moins de 13 ans sans le consentement de leurs parents.

Version originale : Paige Leskin/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : TikTok prend les devants sur le harcèlement pour garder à tout prix l'image d'un réseau bienveillant

VIDEO: Il y aura des emoji animés basés sur la reconnaissance faciale dans l'iPhone X — voici à quoi ressemblent les Animoji d'Apple