Le PDG de Boeing admet des 'erreurs inacceptables' sur le 737 Max

Une photo aérienne montrant des avions Boeing 737 Max garés sur le tarmac de l'usine Boeing à Renton (Etats-Unis). Reuters.

Boeing a déclenché son opération contrôle total des dégâts. L'entreprise aéronautique fait face à une série de soucis qui menacent de l'envoyer tout droit dans le décor en faisant baisser ses activités. À l'approche du salon aéronautique et de l'espace de Paris, 17 au 23 juin 2019, Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing, a admis devant des journalistes que son entreprise avait commis une "erreur" dans la manière dont elle avait géré la sécurité du poste de pilotage des 737 Max. La sécurité sur le Boeing 737 Max, le modèle phare de la société américaine, a été fortement remise en question après les crashs mortels de deux avions dans des circonstances similaires, ces derniers mois. Ces tragédies ont coûté la vie à, respectivement, 189 et 157 personnes. Le système anti-décrochage de l'appareil (MCAS) a été pointé du doigt.

La compagnie a notamment a été sous le feu des critiques pour ne pas avoir averti les pilotes et les organismes de réglementation qu'un voyant de sécurité dans les avions ne fonctionnait pas correctement. Ceci aurait contribué aux accidents en Indonésie et en Ethiopie. Depuis des mois, le 737 Max de Boeing est cloué au sol et l'entreprise doit faire face aux répercussions. Dennis Muilenburg a qualifié la communication de son entreprise d'"inacceptable" et a promis plus de transparence alors que Boeing essaye de remettre à flot son avion le plus vendu. Les organismes de réglementation affirment, eux, que le 737 Max ne devrait pas être remis en service avant la fin de l'année, soit beaucoup plus longtemps que prévu initialement.

"La crise de Boeing avec le 737 Max n'est pas le nuage sombre le plus inquiétant

Mais Boeing n'est pas la seule à faire face à des vents contraires avant le plus grand événement de l'année pour ce secteur. Ed Bastian, le PDG de Delta, a déclaré la semaine dernière que toute l'industrie du transport aérien était toujours "traumatisée" par le fiasco du 737 Max. Ce dernier les a obligés à se démener pour trouver des solutions avec les avions cloués au sol et a porté atteinte à la confiance du public. Mais ces problèmes de Boeing pourrait bientôt être éclipsés par une tempête économique plus vaste qui, de l'avis de nombreux analystes, menace de ralentir toute l'industrie de l'aviation commerciale, dont le chiffre d'affaires atteint aujourd'hui 150 milliards de dollars (135 milliards d'euros).

"La crise de Boeing avec le 737 Max n'est pas le nuage sombre le plus inquiétant car elle peut être résolue. En revanche, les chiffres du trafic sont vraiment effrayants", a expliqué Richard Aboulafia, analyste aérospatial de Teal Group, à Reuters. "Si les mois de mars et avril sont des indicateurs des choses à venir, nous regardons avec attention la demande de l'industrie en général et les problèmes de capacité". 

Dans un contexte de tensions commerciales et de préoccupations en matière de sécurité, les commandes des compagnies aériennes — en hausse depuis plusieurs années — pourraient être touchées très prochainement. L'an dernier, plus de 950 commandes et promesses d'achats ont été enregistrées lors du salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre. Certains analystes n'en attendent que 800 pour l'événement de Paris. D'autres sont plus pessimistes et n'en prévoient pas plus de 400. "Pour les commandes nettes, nous pourrions avoir les chiffres les plus bas enregistrés depuis des années", a estimé Richard Aboulafia.

Le président américain, Donald Trump, devrait rencontrer son homologue chinois Xi Jinping, au sommet du G20 à la fin du mois. Lors de cet événement, leur bataille commerciale très médiatisée pourrait connaître un dénouement ou s'intensifier davantage. Une bataille qui secoue une série d'industries mondiales et affaiblie la confiance des investisseurs

D'autres analystes entrevoient des perspectives plus optimistes, notant que les économies asiatiques en plein essor et les lancements à venir d'avions plus économes en carburant pourraient aider à soutenir l'industrie. "Nous discutons avec énormément de compagnies aériennes qui veulent s'équiper avec encore plus d'avions. Et nous n'avons pas constater de baisse d'intensité dans les discussions sur ce sujet", a affirmé John Plueger, PDG d'Air Lease Corp, auprès de Reuters.

Version originale : Alex Morrell/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une pièce défectueuse a été repérée sur les ailes de Boeing 737 Max

VIDEO: On a testé la nouvelle fonctionnalité Autopark de Tesla — quand votre voiture fait le créneau elle-même