Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le PIB de la France chute de façon vertigineuse au premier trimestre, du jamais vu depuis 1945

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le PIB de la France chute de façon vertigineuse au premier trimestre, du jamais vu depuis 1945
Le Boulevard Bonne Nouvelle presque désert, à Paris, le 5 avril 2020. © Stéphane Cardinale - Corbis/Getty Images

Heurtée de plein fouet par l'épidémie de Covid-19, l'économie française n'aura pas mis longtemps à s'effondrer : dès le premier trimestre le produit intérieur brut (PIB) a plongé laissant augurer une récession d'une ampleur inédite en France cette année. Selon une estimation publiée mercredi 8 avril par la Banque de France, le PIB a chuté d'environ 6% sur les trois premiers mois de l'année, soit la pire performance trimestrielle de l'économie française depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

Le PIB s'étant déjà replié de 0,1% au quatrième trimestre, selon l'Insee, la France est donc officiellement en récession technique, qui se traduit par deux trimestres consécutifs de recul de l’activité. Il y a peine un mois pourtant, la Banque de France tablait encore sur une petite croissance de 0,1% au trimestre écoulé mais c'était avant que l'épidémie ne se propage massivement sur le territoire et que le confinement ne soit imposé le 17 mars.

Recul de 32% de l'activité en 15 jours

Sur le seul mois de mars, l'activité a reculé de 17%, se révélant sur les quinze derniers jours inférieure d'environ un tiers (-32%) à la normale, selon l'enquête réalisée par la Banque de France auprès de 8 500 entreprises. Depuis 1945, seul le deuxième trimestre de 1968 avait connu un effondrement "du même ordre de grandeur", note-t-elle. Le PIB avait alors chuté de 5,3%.

Si dans ce contexte d'incertitude la banque centrale française ne s'avance pas sur une prévision annuelle, elle considère que chaque quinzaine de confinement entrainerait une perte de PIB de 1,5% sur un an. Fin mars, l'Insee faisait la même estimation, évoquant une possible perte de 6 points de PIB cette année si le confinement devait durer deux mois. Un scénario de moins en moins improbable, alors que l'exécutif envisage de le prolonger au-delà du 15 avril.

Le mois d'avril sera "au moins aussi mauvais que la dernière quinzaine de mars", a déjà prévenu le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, sur RTL. "La croissance sera fortement négative en 2020", a-t-il encore affirmé, tout en anticipant un "rebond" en 2021.

Effondrement des secteurs aérien, de la construction et du tourisme

Le gouvernement prépare aussi les esprits à un scénario noir cette année. Lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a déjà prévenu s'attendre à une contraction de l'économie "très au-delà" des -2,9% enregistrés en 2009 après la crise financière de 2008, pire performance de l'économie française depuis 1945.

Et le ministre a comparé à plusieurs reprises "le choc" à la grande dépression ayant suivi le crash boursier de 1929, insistant sur l'enjeu : "éviter le naufrage". Certains secteurs n'en sont déjà plus très loin, comme ceux du transport aérien ou du tourisme, affectés dès la propagation de l'épidémie en Asie, bien avant donc le début du confinement en France. Selon la Banque de France, les pertes d'activité les plus fortes concernent en mars la construction, "avec une baisse à hauteur des trois quarts de l'activité normale", le commerce, les transports, l'hébergement et la restauration.

L'industrie résiste à peine un peu mieux avec des sites de production qui ont tourné à un peu plus de la moitié de leur capacité en mars.

À lire aussi — Aérien, automobile... Les secteurs qui sont frappés de plein fouet par le confinement

En regroupant les secteurs les plus affectés, "soit l'industrie manufacturière, la construction et les services marchands non financiers (qui représentent ensemble 55% du PIB), la perte d'activité représente environ la moitié du niveau normal", détaille la Banque de France. De quoi justifier les centaines de milliards d'euros que le gouvernement est prêt à mobiliser pour maintenir en vie les entreprises et garantir un revenu aux salariés.

"Aujourd'hui ce n'est pas le moment de compter", a estimé le gouverneur de la Banque de France. "Dans la bataille économique qui vient (...) on ne compte pas pour sauver les entreprises, les emplois et les revenus des salariés", a-t-il insisté. Il a toutefois prévenu: "Ceci ne pourra pas durer éternellement et nous souhaitons tous qu'on aille vers une sortie progressive du confinement".

Découvrir plus d'articles sur :