Le pouvoir d'achat des Français va augmenter en 2019, et c'est en partie lié à la réponse de Macron aux Gilets jaunes

Gilets jaunes dans le quartier de La Defense, près de Paris, en France, le 6 avril 2019. REUTERS/Benoit Tessier

Le pouvoir d'achat des Français devrait progresser en 2019. Selon une note de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), il augmenterait en moyenne de 850 euros par ménage cette année, ce qui représente un montant proche de 71 euros par mois. Cette hausse serait la plus importante enregistrée depuis 2007, "période de forte croissance et de mise en place de la loi TEPA sous Nicolas Sarkozy", précise l'OFCE. La crise financière n'avait alors pas encore eu lieu et la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat, dite "TEPA",  permettait d'alléger les cotisations sociales sur les heures supplémentaires.

La progression du pouvoir d'achat prévue en 2019 est le résultat notamment des mesures annoncées par Emmanuel Macron fin décembre en réponse au mouvement des "Gilets jaunes". Outre l'annulation de la taxe carbone, le président de la République a annoncé la défiscalisation jusqu'à 1 000 euros des primes de fin d'année, une baisse de la CSG pour certains retraités et surtout la défiscalisation des heures supplémentaires depuis le 1er janvier, comme l'avait fait Nicolas Sarkozy en son temps. Au total, sur les 850 euros de gain de pouvoir d'achat, l'OFCE estime à 440 euros le montant lié aux "mesures socio-fiscales" décidées par l'exécutif.

Capture d'écran de la note de l'OFCE. OFCE

Par unité de consommation, le pouvoir d'achat devrait progresser de 1,9% cette année. Ce soutien aux finances des ménages "aurait un impact significatif sur l'activité", selon l'OFCE, la politique budgétaire nationale devant soutenir la croissance "à hauteur de 0,5 point de PIB en 2019". Les mesures annoncées par Emmanuel Macron en décembre représentent au total près de12 milliards d'euros redistribués aux ménages. 

Les Français vont aussi voir leur pouvoir d'achat s'améliorer en raison de la hausse "significative" du salaire réel (salaire diminué de l'inflation), estimée à 1,5% en 2019 après 0,3% en 2017-2018. Il doit augmenter parce que l'inflation est faible, mais aussi parce que le salaire moyen par tête progresserait de 2,6% cette année, contre 2% en 2018.

Au dernier trimestre de l'année dernière, le pouvoir d'achat des ménages s'était déjà accru de 1,1%, suite à la réduction de la taxe d'habitation et à la baisse des cotisations salariés. Mais cette tendance n'a pas pour autant entraîné une hausse de la consommation des Français, qui ont à l'inverse conservé leurs économies, le taux d'épargne atteignant 15,2%, "son plus haut niveau depuis plus de six ans".

Capture d'écran de la note de l'OFCE. OFCE

Outre la baisse des achats de voitures, le mouvement des "Gilets jaunes" explique largement cette stagnation de la consommation au quatrième trimestre 2018. L'OFCE pointe "son impact direct lié à la perturbation des transports et des commerces de centre-ville", ainsi que "son impact indirect créé par le climat de défiance et d'inquiétude de la population". Résultat, beaucoup de ménages ont préféré se constituer une épargne de précaution.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Cour des comptes pointe 3 risques liés à l'endettement élevé de la France — et s'inquiète pour l'avenir

VIDEO: Cette carte du monde est faite de petites îles artificielles sur lesquelles on peut se promener