Publicité

Le premier bateau de plaisance fonctionnant à l'hydrogène vert devrait être commercialisé en 2021

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le premier bateau de plaisance fonctionnant à l'hydrogène vert devrait être commercialisé en 2021
Hynova 40, le premier bateau de plaisance à hydrogène vert, est en construction au port autonome de Marseille. © hynova
Publicité

A 29 ans seulement, Chloé Zaied est à l'origine d'Hynova 40, le premier bateau de plaisance fonctionnant à l'hydrogène "vert", sans rejet d'hydrocarbures. A la tête de la startup Hynova lancée en janvier, l'entrepreneuse marseillaise a conçu son premier tender boat (petits bateaux annexes de super yachts) utilisant un carburant plus sain pour l'environnement.

95% de l'hydrogène produit en France aujourd'hui est "gris", selon l'Institut Français du Pétrole et énergies nouvelles (IFPEN) et provient d'énergies fossiles. Il est utilisé comme réactif dans le raffinage de produits pétroliers, et sert de matière de base dans la production d'ammoniac (engrais), d'après l'institut. Chloé Zaied, elle, assure utiliser les 5% restants d'hydrogène vert. Selon son site, Engie construit actuellement des réseaux de production de ce gaz issu d'énergies renouvelables sur le territoire. Le "plan hydrogène" du gouvernement, détaillé en septembre, prévoit également d'injecter 7,2 milliards d'euros dans le développement de cette source d'énergie d'ici 2030.

L'invention d'Hynova s'inspire de l'Energy Observer, un bateau expérimental naviguant grâce à des sources d'énergie renouvelables

Le navire expérimental Energy Observer en Normandie, en 2017.  GaëlMusquet/Wikimédia commons

En 2012, alors que Chloé Zaied est skippeuse pour l'agence Eden Boat, qui fait visiter les Calanques aux touristes, elle se rend à l’évidence : les bateaux à moteur détruisent la faune et la flore sous-marine à petit feu. "Le transport maritime, tel qu'il est conçu aujourd'hui, est un vrai fléau. Nos carburants polluent l'eau qui devient plus chaude et les cétacés disparaissent", déplore-t-elle. "Je n'ai pas la prétention de construire un bateau écolo, mais je me suis dit qu'il fallait absolument faire changer nos pratiques".

En 2018, elle rencontre l'équipe d'EODEV (filiale développement d'Energy Observer) au salon nautique de Cannes : une révélation pour la skippeuse. Mis à flot en 2017 pour un tour du monde de 6 ans, Energy Observer est un navire expérimental qui fonctionne seulement à l'aide de trois sources d'énergies renouvelables : le solaire, (qu'il capte à l'aide de panneaux), l'éolien et l'hydrogène (qu'il produit à bord). Séduite par le projet de son équipage, Chloé propose que les bateaux d'Hynova soient la première application commerciale, le projet pilote de la société. La start-up marseillaise a depuis développé un partenariat commercial et technologique avec Energy Observer.

Le modèle Hynova 40 dispose d'une autonomie de 5h30 à une vitesse de 8 nœuds

Un modèle 3D d'Hynova 40 Hynova

"Pour développer mes tender boats, il m'a fallu carrément créer une filière et faire fabriquer mon carburant chez un fournisseur", raconte la capitaine. L'hydrogène est un élément chimique contenu dans l'eau. Afin de l'utiliser en tant que carburant vert, une centrale doit d'abord le transformer en gaz, grâce à l'électrolyse. Ce procédé chimique consiste à séparer l'eau en deux molécules : l'oxygène et le dihydrogène, à l'aide d'un courant électrique issu d'énergies renouvelables.

Une fois le gaz produit, le fournisseur l'achemine sous forme de bonbonnes jusqu'au port de la Ciotat, où a été construit le navire de Chloé Zaied. Pour être piloté, ce dernier a besoin d'un minimum de trois cylindres d'hydrogène, pour une autonomie de 5h30 à la vitesse maximale de 8 noeuds (soit environ 18,5 km/h).

Les trois bonbonnes d'hydrogène sont stockées à l'arrière du bateau

Hynova

"Idéalement, j'aimerais pouvoir adapter le carburant en fonction du profil d'usage de mon client. Afin de pouvoir stocker éventuellement jusqu'à cinq bonbonnes pour plus d'autonomie", commente la navigatrice.

Et ce n'est pas terminé : pour faire avancer l'Hynova 40, l'hydrogène "vert" situé à l'arrière du bateau, doit d'abord passer dans une pile à combustible qui le convertit en électricité.

Les bonbonnes d'hydrogène seront acheminées en camion jusqu'aux bateaux

Wikimédia commons

"L'approvisionnement du bateau prend 15 minutes, comme un plein d'essence", explique Chloé Zaied. Faute de pouvoir se fournir en carburant auprès de stations d'hydrogène pour l'instant, chaque futur client d'Hynova devra se faire livrer son plein par camion avant de partir en mer.

"Les producteurs d'hydrogène vert ne sont pas encore suffisamment nombreux en France. Il y en a dans la région Sud, alors dans un premier temps, je commencerai par vendre mes bateaux ici", poursuit la fondatrice d'Hynova.

Les essais en mer et la commercialisation du bateau sont prévus pour 2021

hynova

La construction du premier Hynova 40 a débuté dans les chantiers de La Ciotat et s'achève aujourd'hui au port autonome de Marseille. Actuellement en cours d'homologation, le tender de Chloé Zaied pourrait être mis à flot pour de premiers essais à Marseille d'ici début 2021. "Le problème, c'est qu'avec la pandémie tout prend du retard", regrette Chloé Zaied. "Mes fournisseurs sont en chômage partiel pour la plupart".

Le prototype d'Hynova est déjà financé par un actionnaire."Tout est allé plus vite que prévu", sourit Chloé Zaied, "quand je me suis lancée dans le projet, je croyais qu'il serait prêt pour 2030. Mais nous visons une commercialisation dès l'année prochaine".

Les petits yachts à hydrogène de Chloé Zaied coûteront 30% plus cher que des bateaux à moteur diesel

Chloé Zaied, fondatrice de la startup Hynova présente ses tender boats fonctionnant à l'hydrogène vert. Hynova/Sigrun Sauerzapfe

Quelques clients, dont certains "du Moyen-Orient et d'Asie" sont déjà très intéressés par l'offre de la start-up. Ces bateaux à l'hydrogène seraient "30% plus coûteux" que leurs cousins à moteur diesel. "La technologie reste onéreuse car son industrialisation n'est pas encore massive", justifie l'entrepreneuse. "À ce stade, j'ai plutôt l'impression de vendre un concept. Le prix n'est qu'un détail pour les gens qui sont fascinés par le projet".

Chloé Zaied partira de Marseille et parcourra les grandes villes de la côte d'Azur pour présenter Hynova 40 lors d'un road show au printemps prochain. Elle en profitera pour sensibiliser les Français aux risques du réchauffement climatique.

A lire aussi - 8 'voitures volantes' qui s'apprêtent à faire décoller le marché de la mobilité urbaine

Découvrir plus d'articles sur :