Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le progrès technologique pourrait permettre aux soldats américains de contrôler des armes par la pensée

Le progrès technologique pourrait permettre aux soldats américains de contrôler des armes par la pensée
© US Army/CCDC

Imaginez un avenir où les soldats pourraient contrôler des essaims de drones sur le champ de bataille grâce à leur seul esprit. L'hypothèse pourrait se réaliser grâce aux progrès conjoints de la bio-ingénierie et d'autres domaines permettant une connexion directe cerveau-machine. L'Armée américaine estime que cela pourrait s'avérer possible dans les trente prochaines années. Elle s'attend à l'apparition de "soldats-cyborgs" au moins d'ici le milieu du siècle, avec l'émergence de diverses technologies comme les implants neuronaux, qui pourraient permettre une interaction directe et le transfert de données entre l'homme et la machine.

L'institution estime que, d'ici 2050, il sera possible de modifier technologiquement les êtres humains pour donner l'avantage aux combattants sur le terrain, selon une nouvelle étude du Combat Capabilities Development Command de l'Armée américaine. Grâce à "une convergence de la biologie, de l'ingénierie et de l'intelligence artificielle, nous serons en mesure d'améliorer les êtres humains de manière à changer leur façon de voir, d'entendre, de penser, de communiquer et de bouger", a expliqué le docteur Peter Emanuel, auteur principal de l'étude et chercheur au Centre de biologie chimique du CCDC. Ce dernier a indiqué à Business Insider US s'attendre à ce que les développements médicaux et sociétaux à venir conduisent à des avancées bien supérieures aux possibilités actuelles dans le domaine des prothèses et des implants, comme les pacemakers.

Le rapport "Cyborg Soldier 2050 : Human/Machine Fusion and the Implications for the Future of the DOD" explore la possibilité d'apporter des changements à l'œil humain afin d'améliorer la perception sensorielle au-delà du spectre visible normal. L'étude mentionne en outre les changements physiques apportés aux oreilles d'un soldat pour améliorer l'ouïe et la communication, ainsi que le suivi des cibles par écholocalisation et l'ajustement du contrôle et de la puissance musculaire d'un soldat pour en améliorer la force.

À lire aussi — 8 technologies futuristes que les armées vont bientôt utiliser

Mais l'une des idées les plus intéressantes - qui semble tout droit sortie d'un roman de science-fiction — est l'hypothèse d'implants neuronaux qui permettraient aux combattants de contrôler des drones, divers systèmes d'armement ainsi que des engins télécommandés par la simple force de l'esprit. "Ces implants neuronaux permettraient une interaction transparente entre les individus et les machines", explique le rapport militaire. "Ce contrôle pourrait être exercé sur des drones, des systèmes d'armes et d'autres appareils à distance opérés par un individu amélioré."

Il y a de toute évidence de sérieux obstacles technologiques à franchir avant d'en arriver jusqu'ici. "Nous devons être capables de réduire le niveau d'échange de données au niveau de la cellule unique", a déclaré Peter Emanuel à Business Insider US lundi 2 décembre. "Une fois que vous l'avez ramené au niveau d'une seule cellule, vous pouvez en fait contrôler des événements de données neuronales synaptiques spécifiques. Cela permettrait des transferts de données bidirectionnels à large bande passante." Il précise qu'en dépit des efforts réalisés à l'heure actuelle, cette révolution technologique ne verra probablement pas le jour avant au moins une décennie, sinon plus.

À lire aussi — Le spécialiste IA de Thales explique comment on peut leurrer une IA sur un terrain de guerre

L'étude récemment publiée par le Conseil biotechnologique pour la santé et la performance humaine du département de la Défense américain prévoit que des pilotes, des opérateurs de drones et du personnel du renseignement pourraient utiliser des implants neuronaux d'ici à 2030. "Le potentiel d'échange direct de données entre les réseaux neuronaux humains et les systèmes microélectroniques pourrait révolutionner les communications tactiques des combattants, accélérer le transfert des connaissances tout au long de la chaîne de commandement et, en définitive, dissiper le 'brouillard' de la guerre", énumère l'étude.

"En fin de compte, ces technologies iront au-delà de la guerre", a estimé Peter Emanuel dans une déclaration de l'Armée. "Elles vont changer notre façon de comprendre le monde et ce que signifie être humain."

Version originale : Ryan Pickrell/Business Insider US

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :