Le projet de réforme d'EDF n'aboutira pas avant la fin du quinquennat, son PDG déçu

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le projet de réforme d'EDF n'aboutira pas avant la fin du quinquennat, son PDG déçu
L'État, premier actionnaire du groupe, souhaite accorder plus de place aux énergies renouvelables et renouveler le parc nucléaire vieillissant. © Cjp24/Wikimedia Commons

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy a regretté jeudi 29 juillet que la réforme du groupe ne puisse déboucher dans l'immédiat, le gouvernement ayant annoncé la veille qu'elle ne pourrait être bouclée durant le quinquennat. "Nous regrettons que cette réforme qui est indispensable pour EDF ne puisse se conclure maintenant", a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une conférence de presse téléphonique.

Des sources gouvernementales ont annoncé le 28 juillet que le projet de réforme d'EDF — baptisé "Hercule" puis "Grand EDF" — n'aboutira pas avant la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron l'an prochain, un report mis sur le compte de désaccords avec la Commission européenne. Ce dossier complexe suscitait de fortes oppositions politiques et syndicales en France.

À lire aussi — EPR : le coût astronomique des retards des chantiers pour EDF

Aux yeux de l'exécutif et de la direction d'EDF, l'idée était de permettre au groupe, lourdement endetté, de pouvoir investir dans les renouvelables tout en rénovant son parc nucléaire. Le prix de vente de l'électricité nucléaire d'EDF à ses concurrents devait notamment être relevé.

'Le sujet de fond reste entier'

Ce projet se serait traduit par une réorganisation en profondeur de l'entreprise, avec la création possible de trois entités, faisant craindre aux syndicats un éclatement du groupe.

"Le gouvernement a rappelé qu'il faudra une réforme pour qu'EDF puisse jouer tout son rôle dans la transition énergétique. Nous avons partagé en permanence avec le gouvernement l'analyse de la situation et la conclusion que le gouvernement en tire", a ajouté Jean-Bernard Lévy, dont le groupe est détenu majoritairement par l'État.
"Le sujet de fond reste entier", a-t-il estimé. "Notre court terme est assuré; notre moyen et notre long terme ne l'est pas si nous voulons jouer en première division, ce qui est quand même ce qui est attendu d'EDF".

À lire aussi — La durée de vie des réacteurs nucléaires français va être prolongée de 40 à 50 ans

Découvrir plus d'articles sur :