Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le réseau social français Yubo lève 40 M€ pour s'étendre dans le monde

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le réseau social français Yubo lève 40 M€ pour s'étendre dans le monde
© natureaddict/Pixabay

C'est un réseau social français qui ne demande qu'à grandir. Et pour se faire, Yubo, qui revendique déjà 40 millions d'utilisateurs entre 13 et 25 ans dans le monde, a levé 40 millions d'euros pour accélérer son développement, en particulier en Asie, a-t-il annoncé mercredi 18 novembre. Lancé en 2015 par deux étudiants de Centrale Supelec, Sacha Lazimi et Arthur Patora, avec deux autres co-fondateurs, Yubo a connu une croissance accélérée ces dernières années, centrée sur des pays anglophones (Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada), et se développe aujourd'hui dans d'autres zones, dont la France et l'Amérique Latine.

Le réseau social veut s'étendre également en Asie du sud-est, à Taïwan, au Japon et en Corée du Sud. La société compte une trentaine d'employés, selon son PDG Sacha Lazimi, plus un réseau mondial de modérateurs dont elle ne veut pas donner l'effectif. Yubo s'adresse aux jeunes de 13 à 25 ans, et leur donne la possibilité de créer ou de participer à des groupes de discussions par thèmes, et de se rencontrer.

Son chiffre d'affaires — 20 millions de dollars prévus en 2020, le double espéré en 2021 — repose sur la vente de services supplémentaires par rapport à la plateforme de base. Epinglé dans la presse il y a deux ans et demi pour des dérives pornographiques ou de harcèlement, Yubo a fait de gros efforts pour éliminer les contenus illicites et devenir une plateforme sûre, selon son PDG.

Un futur champion mondial ?

Yubo s'est notamment doté d'outils automatiques d'analyse d'images et de texte, et d'un réseau de modérateurs humains réparti à travers la planète, dont les effectifs devraient être décuplés dans les prochaines années. La levée de fonds a été réalisée auprès d'investisseurs historiques — les fonds français Idinvest, Iris Capital, Alven et le fonds britannique Sweet Capital — avec l'arrivée également du fonds français Gaia Capital Partners.

La France en particulier et l'Europe en général ont vu très peu d'applications grand public devenir des succès mondiaux, mais Sacha Lazimi espère que le vent est en train de tourner. "On se rend compte qu'aux Etats-Unis il n'y pas eu de nouveautés depuis un certain temps : le dernier gros nouveau réseau depuis Discord est chinois, c'est TikTok. C'est très possible que les champions de demain soient européens", a-t-il affirmé. Les prochaines années nous le diront.

À lire aussi — Comment entraîner TikTok à vous montrer les vidéos que vous aimez sur la page Pour Toi

Découvrir plus d'articles sur :