Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le rhume pourrait donner un avantage au système immunitaire pour lutter contre le Covid-19

Le rhume pourrait donner un avantage au système immunitaire pour lutter contre le Covid-19
Le 22 juillet 2020, en Floride, des travailleurs médicaux utilisent un écouvillon nasal pour tester la présence du coronavirus. © Joe Raedle/Getty Images

Un rhume que vous avez attrapé il y a des années peut s'avérer utile si votre corps doit combattre le Covid-19. Selon une étude publiée mardi, certaines personnes qui n'ont jamais été exposées au nouveau coronavirus peuvent néanmoins avoir des cellules T qui y réagissent. Les scientifiques pensent que cela est dû au fait que ces cellules ont appris à identifier et à combattre les coronavirus qui provoquent les rhumes les plus courants.

Les lymphocytes T, un type de globules blancs, sont un élément crucial de la défense de l'organisme contre un virus : ils identifient et détruisent les cellules infectées tout en informant les lymphocytes B sur la manière de fabriquer de nouveaux anticorps. Lorsque vous êtes infecté, votre système immunitaire produit à la fois des anticorps et ces globules blancs. Les niveaux d'anticorps peuvent baisser dans les mois qui suivent une infection, mais les cellules T mémoire restent en place pendant des années, et peuvent aider le corps à se défendre si jamais le même virus revient.

Des études récentes suggèrent que les cellules T, qui se souviennent de la façon de combattre les autres coronavirus, peuvent donner aux gens une avance immunologique contre le nouveau coronavirus.

"Cela pourrait aider à expliquer pourquoi certaines personnes présentent des symptômes plus légers de la maladie, alors que d'autres tombent gravement malades", explique Alessandro Sette, co-auteur de la nouvelle étude, dans un communiqué de presse. Il avertit cependant qu'il est trop tôt pour dire si cette mémoire immunologique préexistante affecte l'état des patients atteints de COVID-19.

Certains lymphocytes T reconnaissent le nouveau coronavirus sans l'avoir vu auparavant

Des ambulanciers arrivent avec un patient, alors qu'une voiture funéraire commence à partir au North Shore Medical Center de Miami, en Floride, le 14 juillet 2020.  REUTERS/Maria Alejandra Cardona

L'équipe d'Alessandro Sette a analysé des échantillons de sang prélevés entre 2015 et 2018 sur 25 personnes qui, bien sûr, n'avaient jamais eu le Covid-19. Ils ont découvert que ces personnes non exposées avaient des cellules T mémoires qui pouvaient reconnaître à la fois le nouveau coronavirus et les quatre types de coronavirus du rhume.

Ces résultats s'appuient sur l'étude publiée par Alessandro Sette en mai, dans laquelle il décrit 10 personnes qui n'ont jamais été exposées au nouveau coronavirus mais qui possèdent des cellules T auxiliaires capables de l'identifier et d'y répondre. Il a également effectué une analyse plus large en examinant les données de groupes aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Allemagne, à Singapour et au Royaume-Uni, et a conclu que les globules blancs de 20 à 50 % des personnes non exposées réagissent de manière significative au nouveau coronavirus.

"Une réactivité immunitaire préexistante existe dans une certaine mesure dans la population générale", a écrit Alessandro Sette dans l'analyse.

NIAID Lymphocyte T humain (également appelé cellule T) provenant du système immunitaire d'un donneur sain.

Deux autres études récentes offrent encore plus de preuves de cette conclusion.

La première, publiée le mois dernier, a révélé que parmi 68 Allemands en bonne santé qui n'avaient jamais eu le Covid-19, plus d'un tiers avaient des cellules T qui avaient réagi au virus. La seconde, publiée dans la revue Nature, a révélé que plus de la moitié d'un groupe de 37 personnes en bonne santé qui n'avaient jamais eu Covid-19 avaient des cellules T mémoire qui pouvaient reconnaître le nouveau coronavirus.

L'étude de Nature a également examiné 23 personnes qui avaient survécu au SRAS — qui est également un coronavirus — et a constaté qu'elles possédaient toujours des cellules T mémoire spécifiques au SRAS, 17 ans après être tombées malades. Ces mêmes cellules T pouvaient également reconnaître le nouveau coronavirus.

Les personnes ayant des cellules T à réaction croisée pourraient avoir une réponse immunitaire plus rapide

L'explication la plus probable de ces observations est un phénomène appelé immunité croisée : les cellules T développées en réponse à un virus réagissent à un agent pathogène similaire, mais jusqu'alors inconnu. Cela peut donner un coup de pouce au système immunitaire.

"Vous commencez avec un petit avantage — une longueur d'avance dans la course à l'armement entre le virus qui veut se reproduire et le système immunitaire qui veut l'éliminer", expliquait précédemment Alessandro Sette à Business Insider US.

Un patient guéri du Covid-19 donne des échantillons de sang pour l'extraction de plasma afin d'aider les patients gravement malades le 22 juin 2020.  Ameer Al Mohammedaw/Getty

En l'absence de lymphocytes T à réaction croisée, votre corps doit monter sa défense à partir de zéro — ce qui pourrait avoir un impact sur la rapidité avec laquelle votre système immunitaire peut répondre au virus envahissant. Des niveaux variables de réactivité croisée pourraient donc "se traduire par différents degrés de protection", avance Alessandro Sette.

"Avoir une forte réponse des cellules T peut vous donner la possibilité de monter une défense beaucoup plus rapide et plus forte", conclut-il.

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

A lire aussi — Covid-19 : le directeur de l'OMS déclare qu'il n'y aura peut-être jamais de "solution miracle" contre le virus

Découvrir plus d'articles sur :