Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le rover chinois a découvert une couche de poussière de 12 mètres sur la face cachée de la Lune


Le premier rover à avoir visité la face cachée de la Lune a découvert une couche de poussière lunaire de 12 mètres d'épaisseur. Le rover et son atterrisseur, qui se trouvent dans le cratère lunaire Von Kármán, font partie de la mission chinoise Chang'e-4. Atterri le 3 janvier 2019, c'est le premier vaisseau spatial à atteindre la face cachée de la Lune sans s'écraser. Le rover a pu sonder la poussière à la surface de la Lune avec un radar. Des chercheurs chinois et italiens ont décrit les résultats dans un article publié mercredi dans la revue Science Advances.

La poussière lunaire, ou régolithe, ressemble à du talc. Elle est composée de roches et de poussières pulvérisées, qui viennent d'astéroïdes ayant bombardé la surface de la Lune il y a des milliards d'années. Les découvertes de Chang'e-4 confirment que ce régolithe recouvre également la face cachée de la Lune. Les scientifiques l'ont décrit comme une couche "assez épaisse" de poussière. "L'utilisation du radar Chang'e-4 pourrait améliorer considérablement notre compréhension de l'histoire lunaire et de son volcanisme, et pourrait jeter une lumière nouvelle sur l'évolution géologique de la face cachée de la Lune", ont écrit les auteurs de l'étude.

A lire aussi — Le rover chinois qui explore la face cachée de la Lune est tombé sur une mystérieuse substance colorée

Cette compréhension sera essentielle pour les futures missions sur la Lune. La poussière lunaire peut troubler les instruments d'un vaisseau spatial lorsqu'il s'approche de la surface du satellite, ce qui augmente le risque d'échec.

Le régolithe a déjà causé des problèmes

Peggy Whitson, une astronaute qui a vécu dans l'espace pendant 665 jours au total, avait déclaré à Business Insider US que les missions Apollo avaient "eu beaucoup de problèmes avec la poussière". "Si nous devons passer de longues périodes et construire des habitats permanents, nous devons trouver comment gérer cette poussière", expliquait-elle.

Brian O'Brien, un physicien qui a conçu le dispositif de mesure du régolithe pour la mission Apollo 11, expliquait à Wired qu'il soupçonnait que la poussière ait interféré avec un sismomètre et bloqué les cellules solaires lors de l'alunissage.

NASA

Les mesures du régolithe à la surface de la Lune pourraient aider les futurs alunissages à éviter ces problèmes. "Nous ne comprenons vraiment pas comment les nouveaux types de moteurs et les niveaux de poussée que nous aurons vont remuer les différents types de régolithes à divers endroits de la Lune", déclarait Alicia Dwyer Cianciolo, une ingénieure aérospatiale qui travaille sur les missions lunaires robotisées de la NASA, à The Atlantic, en septembre.

Shayanne Gal/Business Insider

Sous les 12 mètres de poussière, le rover Chang'e-4 a également trouvé une couche de matière solide grossière pleine de roches, suivie de couches alternées de substances grossières et fines, jusqu'à 40 mètres de profondeur.

Bien que la Chine n'ait pas établi de calendrier précis pour le reste de la mission, les robots qui se trouvent sur la face cachée de la Lune ont pour objectif de prendre des photos du paysage stérile, d'étudier la géologie lunaire, de rechercher de la glace d'eau et de balayer le ciel nocturne à la recherche de signaux radio.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/ Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :