Publicité

Le rover Perseverance a produit de l'oxygène sur Mars

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le rover Perseverance a produit de l'oxygène sur Mars
C'est la deuxième "première" sur Mars cette semaine. © NASA/JPL
Publicité

La NASA a envoyé le rover Perseverance sur Mars avec un bonus technologique : un dispositif capable de transformer le dioxyde de carbone en oxygène, comme le font les arbres sur Terre. Le dispositif, appelé Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment (MOXIE), a extrait le dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne pour produire son premier oxygène mardi. Il s'agit d'une petite quantité — 5,4 grammes, soit assez pour maintenir un astronaute en bonne santé pendant 10 minutes — mais c'est la preuve que la technologie fonctionne sur la planète rouge.

C'est une bonne nouvelle pour la perspective d'envoyer des explorateurs humains sur Mars. L'oxygène prend beaucoup de place dans un vaisseau spatial, et il est très peu probable que les astronautes puissent en emporter suffisamment sur Mars. Ils devront donc produire leur propre oxygène à partir de l'atmosphère martienne, à la fois pour respirer et pour alimenter les fusées de retour sur Terre.

À lire aussi — Le mystère de la disparition de l'eau sur Mars enfin résolu ?

Vue d'artiste de ce que pourrait être la vie sur Mars. JPL/NASA

"Il s'agit d'une première étape cruciale dans la conversion du dioxyde de carbone en oxygène sur Mars", a déclaré Jim Reuter, administrateur associé du Space Technology Mission Directorate de la NASA, dans un communiqué de presse publié mercredi. "MOXIE a encore du travail à faire, mais les résultats de cette démonstration technologique sont pleins de promesses alors que nous nous rapprochons de notre objectif de voir un jour des humains sur Mars", a-t-il ajouté. "L'oxygène n'est pas seulement le produit que nous respirons. Le propergol des fusées dépend de l'oxygène, et les futurs explorateurs dépendront de la production de propergol sur Mars pour faire le voyage de retour." La boîte dorée qui contient l'expérience fait la taille d'une batterie de voiture, soit 1 % de la taille de l'appareil que les scientifiques espèrent envoyer sur Mars.

Les descendants de MOXIE pourraient à terme produire suffisamment d'oxygène — environ 25 tonnes — pour faire décoller quatre astronautes de la surface martienne. Produire cet oxygène sur place permettrait d'économiser beaucoup d'espace, de poids, de carburant et d'argent lors du voyage initial vers Mars.

Comment MOXIE extrait l'oxygène de l'air

Les selfies de Perseverance sur Mars NASA/JPL-Caltech

Ce n'est pas la seule première technologique de la mission Perseverance cette semaine. Une autre expérience transportée sur Mars, l'hélicoptère Ingenuity, est entrée dans l'histoire, lorsqu'elle a volé au-dessus de la surface martienne pour la première fois lundi.

"Les démonstrations technologiques sont un élément vraiment, vraiment critique de notre portefeuille", a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la NASA, à Insider avant le vol d'Ingenuity. "Elles permettent essentiellement de mettre en place de nouveaux outils dans notre boîte à outils".

Perseverance et Ingenuity sur Mars. NASA/JPL-Caltech/MSSS/Seán Doran

La NASA prévoit que MOXIE extraira de l'oxygène de l'atmosphère martienne au moins neuf autres fois au cours des deux prochaines années. Cette première tentative avait pour but de s'assurer que l'expérience fonctionnait. Les prochains essais permettront de tester les capacités de MOXIE à différents moments de la journée et au fil des saisons martiennes. Le dispositif est conçu pour générer jusqu'à 10 grammes d'oxygène par heure.

Le MOXIE ne sera pas à court de carburant pour ces tests. L'atmosphère de Mars est composée à 96 % de dioxyde de carbone. Le dispositif utilise la chaleur et les courants électriques pour séparer ces molécules de CO2 en oxygène (O2) et en monoxyde de carbone (CO). Les atomes d'oxygène n'aiment pas rester seuls longtemps, ils se combinent donc rapidement en molécules d'O2 — l'oxygène que nous respirons. Le produit final doit être de l'oxygène moléculaire presque pur : environ 99,6 % d'O2.

Le MOXIE libère ensuite l'oxygène et le monoxyde de carbone dans l'atmosphère de la planète. Les futurs dispositifs à plus grande échelle, cependant, stockeront l'oxygène dans des réservoirs pour une utilisation ultérieure.

Intégration de MOXIE dans le châssis de Perseverance en 2019. NASA/JPL-Caltech

La conversion du dioxyde de carbone en oxygène n'est pas le seul moyen pour les futurs astronautes de vivre de la terre martienne. Les scientifiques et les ingénieurs ont également proposé d'utiliser les roches sur place pour construire des structures, ou même de déterrer la glace martienne ou lunaire pour fabriquer de l'eau potable ou du carburant pour fusée.

Quelle que soit la méthode choisie, la NASA devra faire preuve d'ingéniosité afin d'étendre la présence humaine dans l'espace lointain. Le succès de MOXIE ajoute une technologie de plus dans sa boîte à outils.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Insider

À lire aussi — La Nasa dévoile un panorama exceptionnel à 360 °de Mars à partir de 142 photos envoyées par Perseverance

Découvrir plus d'articles sur :