Le Royaume-Uni commence à utiliser le vaccin d'AstraZeneca et Oxford contre le Covid-19

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le Royaume-Uni commence à utiliser le vaccin d'AstraZeneca et Oxford contre le Covid-19
Sam Foster, infirmier en chef à l'hôpital Churchill, tient un flacon du vaccin AstraZeneca-Oxford au Royaume-Uni le lundi 4 janvier 2021. © Getty Images/Bloomberg

La course pour vacciner les populations contre le Covid-19 continue dans le monde entier. Le Royaume-Uni devient lundi 4 janvier le premier pays à administrer à sa population le vaccin du laboratoire britannique AstraZeneca et de l'Université d'Oxford, tout en envisageant un nouveau tour de vis sévère pour freiner l'aggravation de la pandémie. Le vaccin d'AstraZeneca-Oxford est moins coûteux, plus facile à stocker et donc plus adapté à une campagne d'immunisation à grande échelle que ceux de ses concurrents Moderna et Pfizer-BioNTech, déjà approuvés et distribués dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis.

Le vaccin Pfizer-BioNTech a déjà été injecté à plus d'un million d'habitants du Royaume-Uni depuis le lancement de la campagne de vaccination début décembre. Les autorités britanniques ont commandé 100 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca-Oxford, dont 520 000 sont prêtes dès lundi, selon le ministère de la Santé. En Angleterre, des centaines de nouveaux centres de vaccination doivent ouvrir cette semaine, qui s'ajouteront aux 730 déjà en place. "Je suis enchanté aujourd'hui de lancer le vaccin d'Oxford, hérité de la science britannique", s'est félicité lundi 4 janvier dans un communiqué le ministre de la Santé Matt Hancock. "C'est un tournant dans notre combat contre cet horrible virus et j'espère qu'il redonnera à tout le monde l'espoir que la fin de cette pandémie est en vue".

À lire aussi — La Chine autorise son premier vaccin produit par Sinopharm, efficace à 79%

Le vaccin AstraZeneca-Oxford a également été autorisé par l'Argentine ainsi que, dimanche 3 janvier, par l'Inde, ce qui va permettre à ce pays de 1,3 milliard d'habitants de démarrer une des campagnes de vaccination les plus massives du monde. L'Inde, où le Covid-19 a fait plus de 150 000 morts, veut immuniser jusqu'à 300 millions de personnes d'ici la mi-2021.

Plus de 75 000 morts dûs à la pandémie de Covid-19 au Royaume-Uni

Le vaccin AstraZeneca-Oxford a l'avantage d'être peu cher (environ 2,50 euros la dose). Il peut aussi être conservé à la température d'un réfrigérateur, contrairement aux vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech qui ne peuvent être stockés à long terme qu'à très basse température (-20°C pour le premier, -70°C pour le second). Son autorisation au sein de l'Union européenne ne devrait cependant pas intervenir en janvier, selon l'Agence européenne des médicaments (EMA). Les États-Unis, quant à eux, n'envisagent pas de l'approuver avant avril.

Avec plus de 75 000 morts, le Royaume-Uni est l'un des pays d'Europe les plus endeuillés par le coronavirus. Près de 55 000 personnes supplémentaires ont été testées positives au virus en 24 heures, dépassant le seuil des 50 000 pour le sixième jour consécutif, selon les dernières données officielles communiquées dimanche. La rapide expansion de l'épidémie, attribuée à un nouveau variant du virus, a amené le Premier ministre britannique Boris Johnson à envisager des restrictions plus strictes. "Il se peut que nous devions faire des choses dans les prochaines semaines qui seront plus difficiles dans plusieurs parties du pays", a déclaré M. Johnson dimanche à la BBC. Il a ajouté que la fermeture des écoles, une mesure prise fin mars lors de la première vague de la pandémie, "est l'une de ces choses".

Le vaccin AstraZeneca-Oxford efficace pour le moment à 70%

L'Égypte, pays le plus peuplé du monde arabe avec quelque 100 millions d'habitants, a annoncé pour sa part avoir autorisé le vaccin développé par le chinois Sinopharm. Le Mexique, quant à lui, a indiqué que plus de 20% du personnel soignant du pays, soit environ 28 000 personnes sur 150 000, avaient déjà reçu une première dose du vaccin Pfizer-BioNTech.

Selon les chiffres publiés par leurs fabricants, le vaccin de Sinopharm est efficace à 79%, celui de Pfizer-BioNTech à 95% et celui de Moderna à 94,1%. AstraZeneca-Oxford, a pour sa part revendiqué un taux d'efficacité de 70%, mais qui pourrait atteindre 100% avec deux doses.

Si l'arrivée des vaccins donne l'espoir d'une embellie en ce début d'année, les cadences de production et d'approvisionnement sont encore loin de donner satisfaction. La campagne de vaccination aux États-Unis monte en puissance et pourrait atteindre un million d'injections par jour, ont assuré dimanche des responsables face aux critiques sur son retard initial, dans un pays qui vient de franchir la barre des 350 000 morts.

Premières vaccinations sur fond de polémiques

Les polémiques ne désenflent pas concernant la vaccination des populations contre le Covid-19. L'Union européenne a notamment reconnu samedi 2 janvier une "insuffisance mondiale" des capacités de production de vaccins, se disant "prête à aider" pour les augmenter. Mais pour le Premier ministre hongrois Viktor Orban, c'est le rythme d'acquisition des vaccins par l'UE qui est en cause. Des produits "étaient disponibles plus tôt au Canada, au Royaume-Uni et en Israël", a-t-il dit dimanche.

En France, les critiques sont légion depuis quelques jours. Le Pr Mehdi Mejdoubi, du centre hospitalier de Valenciennes (Nord), ne comprend pas "pourquoi il y a un tel écart avec l'Allemagne : l'Allemagne vaccine 20 000 personnes par jour, nous sommes à 50 personnes vaccinées par jour". Depuis dimanche dernier, plus de 238 000 personnes (238 809) ont été vaccinées en Allemagne, selon l'institut de veille sanitaire Robert-Koch.

L'Afrique du Sud, elle aussi durement touchée par la deuxième vague de la pandémie, espère obtenir ses premiers vaccins en février mais le calendrier dépendra du résultat de négociations en cours avec plusieurs entreprises pharmaceutiques, a annoncé dimanche le ministre de la Santé. Ces dernières semaines, le gouvernement sud-africain a essuyé des critiques, notamment d'experts de la santé dans le pays, pour avoir tardé à se lancer dans le processus d'acquisition de vaccins contre le Covid-19.

La pandémie a fait au moins 1 835 824 morts dans le monde pour plus de 84 508 990 cas d'infection, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11H00 GMT.

À lire aussi — Ces 8 chiffres montrent que 2020 aura été une année hors du commun

Découvrir plus d'articles sur :