Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le Royaume-Uni pourrait payer l'UE jusqu’à 4 ans après en être sorti

Le Royaume-Uni pourrait payer l'UE jusqu’à 4 ans après en être sorti
© REUTERS/Thierry Roge

L'Union européenne souhaite que le Royaume-Uni continue de financer les projets et les plans de l'UE jusqu'en 2023, selon The Telegraph.

Le journal britannique rapporte ce mardi 21 février 2017 que l'UE souhaite que les contributions financières du Royaume-Uni se poursuivent encore quatre ans après sa sortie du bloc des 28, afin d'aider à lisser le trou budgétaire qui sera laissé par le Brexit.

The Telegraph cite une source anonyme disant que 2023 correspond à "l'année où les exigences financières du cycle budgétaire de l'UE qui dure sept ans sont à leur plus haut point."

L'UE souhaite que le gouvernement britannique paye "une note de divorce" de 60 milliards d'euros pour remplir les engagements budgétaires pris par le pays lorsqu'il était Etat membre. Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, aurait suggéré que cette somme serait payée par tranches jusqu'en 2023.

Cette exigence sera probablement un nouveau sujet épineux auquel le gouvernement devra faire face lors des négociations sur le Brexit. La première ministre britannique Theresa May est prête à déclencher l'Article 50 très bientôt, ce qui donnera le coup d'envoi d'une période de deux ans de négociations, et les lignes de combat ont déjà été tracées entre l'UE et le Royaume-Uni.

Michel Barnier devrait aussi dire au gouvernement de Theresa May qu'il ne sera pas possible de négocier un nouveau traité commercial avec l'UE tant que les termes du divorce initial, dont la note de plusieurs milliards de livres, n'ont pas été acceptés par les deux parties.

De son côté, Theresa May envisage d'obtenir une part des 150 milliards d'euros de liquidités et de biens de l'UE quand le Brexit sera effectif, disant que son pays y a contribué durant tant d'années qu'il mérite sa part.

Lundi, la Chambre des Lords a commencé un débat de deux jours sur l'enclenchement de l'article 50, qui ouvrira une fenêtre de deux ans de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Vous pouvez lire l'article de The Telegraph en intégralité ici.

Version originale: Oscar Williams-Grut/Business Insider UK

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :