Publicité

Le Salvador a acheté ses 400 premiers bitcoins, devenus une monnaie légale du pays

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le Salvador a acheté ses 400 premiers bitcoins, devenus une monnaie légale du pays
© Michael Wuensch/Pixabay
Publicité

Le Salvador a acheté ses 400 premiers bitcoins et prévoit d'en acheter bientôt "beaucoup plus", a tweeté lundi le président Nayib Bukele. Ce mardi 7 septembre, le Salvador devient le premier pays au monde à autoriser le bitcoin comme monnaie légale, à côté du dollar américain. "Le Salvador vient d'acheter ses 200 premiers bitcoins", a déclaré Nayib Bukele dans une série de tweets lundi. "Nos courtiers vont en acheter beaucoup plus à l'approche de la date limite".

Quelques heures plus tard, Nayib Bukele a déclaré que le pays avait acheté 200 bitcoins supplémentaires, ce qui lui donne un total de 400 bitcoins. Ces achats de bitcoins, qui interviennent un jour seulement avant l'entrée en vigueur de la loi sur la cryptomonnaie au Salvador, s'élèvent à environ 20 millions de dollars au cours de lundi.

À lire aussi — Près de 70% des Salvadoriens sont opposés à la légalisation du bitcoin dans leur pays

C'est la première étape vers l'ambitieuse tentative du Salvador de faire du bitcoin une monnaie légale, ce qui devrait attirer l'attention des amateurs de cryptomonnaies et des experts en politique monétaire du monde entier — tout en transformant la vie quotidienne des Salvadoriens.

En juin, le Salvador a adopté une loi qui fait de ce pays le premier à établir le bitcoin comme monnaie légale aux côtés du dollar américain, la monnaie nationale actuelle du pays. Toutes les entités du pays devront désormais accepter le bitcoin comme mode de paiement des biens et services, et les Salvadoriens pourront utiliser la cryptomonnaie pour payer leurs impôts.

Le Salvador est le plus petit pays d'Amérique centrale en matière de population, selon la Banque mondiale. Son économie est la 106e sur les 195 pays classés par le Fonds monétaire international.

Le déploiement du bitcoin dans le pays ne s'est pas fait sans heurts. Les Salvadoriens se plaignent du peu de communication officielle de la part du gouvernement, ce qui ne leur permet pas de comprendre ce que la transition signifiera pour eux. Les banques et les agences de notation internationales ont remis en question cette décision, affirmant qu'elle pourrait compromettre les négociations de prêt indispensables avec le FMI, nuire aux assureurs locaux et même affaiblir le réseau bitcoin.

Le mois dernier, des manifestations ont éclaté dans la capitale San Salvador, les gens craignant de voir leurs pensions de retraite potentiellement anéanties et les activités de blanchiment d'argent augmenter dans un pays où la corruption est endémique. Selon un sondage réalisé en juillet, 75 % des Salvadoriens émettent des réserves sur la loi.

Pourtant, Nayib Bukele semble confiant quant à l'adoption du bitcoin dans le pays. Dans une discussion sur Twitter le mois dernier, le président de 40 ans a qualifié l'opposition de "menteurs" qui seraient démasqués une fois la loi entrée en vigueur. Il a déclaré que ceux qui s'inquiètent pour leurs retraites ou leurs entreprises pourront continuer à traiter en dollars comme d'habitude, puisque l'utilisation du bitcoin n'est pas obligatoire.

Lundi, Bukele a exprimé le même niveau de confiance dans un tweet : "Demain, pour la première fois dans l'histoire, tous les yeux du monde seront braqués sur le Salvador", a écrit Nayib Bukele. "C'est grâce au #Bitcoin."

Version originale : Eugene Kim/Business Insider

À lire aussi — Deux frère et sœur de 14 et 9 ans gagneraient plus de 30 000 $ par mois en minant des bitcoins

Découvrir plus d'articles sur :