Le Saphir, l'un des premiers sous-marins d'attaque nucléaire français, va être démantelé

Le Saphir, l'un des premiers sous-marins d'attaque nucléaire français, va être démantelé

Louis Bodin effectue un repérage sur le SNA Saphir en présence de son CDT (CC J. F MANGIN) et du COMESNA (CV Stephan MEUNIER), avant la retransmission du 14 juillet par TF1. Thibaut Claisse/Marine Nationale/Défense

Il va tirer sa révérence après 35 ans de bons et loyaux services. Le Saphir, l'un des premiers sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) français, va être désarmé et démantelé d'ici à la fin juillet, rapporte Le Monde. C'est le 21 juin que ce sous-marin, surnommé "le chien courant", va quitter son port d'attache de Toulon pour rejoindre Cherbourg-en-Cotentin, où il sera démantelé. Une opération qui s'annonce longue car pour désarmer un SNA, il faut : retirer le coeur nucléaire de l'engin, rendre inerte la partie concernée du bateau et, enfin, mettre en place une coque de sécurité.

Le Saphir est le deuxième-né de la classe "Rubis". Ces derniers ont été mis en service entre 1973 et 1993 pour remplacer les "Classiques", des sous-marins à propulsions diesel-électriques peu discrets et peu autonomes. "Le nucléaire nous a donné la vitesse et la discrétion", précise l'amiral Dominique Salles, qui a participé à l’armement du Saphir entre 1982 et 1984 avec son premier équipage, dans Le Monde.  

Missions côtières de renseignement, escortes de porte-avions, missions de l'OTAN en Baltique et dans l'Atlantique Nord... Voici quelques unes des opérations menées par les six sous-marins de la classe "Rubis". Le démantèlement du Saphir marque ainsi un nouveau tournant pour la marine française avec la mise à l'eau d'une deuxième génération de SNA, la classe des "Barracuda". Des modèles deux fois plus gros que ceux de la classe "Rubis". Ils sont dotés d'un armement conventionnel, mesurent 99 mètres de long, pèsent près de 5 000 tonnes et leur valeur est estimée à environ 1 milliard d'euros par machine. Le premier de ces six navires de la nouvelle génération, baptisé Suffren, sera lancé le 12 juillet prochain à Cherbourg. Une cérémonie qui se déroulera en présence de la ministre des armées, Florence Parly. Selon Le Parisien, la facture totale pour ces six sous-marins Barracuda serait de 7,9 milliards à 9,1 milliards d'euros et leur livraison s'étalera jusqu'en 2030.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Turquie dévoile un nouveau concept de chasseur furtif

VIDEO: Cet ascenseur fonctionne manuellement et devrait vous faire gagner beaucoup de place chez vous

  1. Wotan

    En espérant que ce glorieux vaisseau ou un de ses sister ship puisse prendre une retraite bien mérité en temps que musée. Vu ce qu'ils ont subit on leur doit bien ça...

    Diwel didroz maro pa denn

    Un ancien de la division d'acier

Laisser un commentaire