Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le site pirate beinsport-streaming.com fermé à la demande de Canal+, RMC Sport et beIN Sports

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le site pirate beinsport-streaming.com fermé à la demande de Canal+, RMC Sport et beIN Sports
© ABC

On ne plaisante pas avec la diffusion d'événements sportifs, surtout lorsque les chaînes signent des contrats de centaines de millions d'euros. C'est ce qu'ont appris à leurs dépens les administrateurs du site pirate beinsport-streaming.com. Cette plateforme illégale de streaming sportif permettait aux internautes de se rendre sur une vingtaine de sites pirates qui retransmettaient les événements sportifs en direct, en provenance des principaux diffuseurs de sport français comme Canal+, RMC Sport ou encore beIN Sports. Dans un communiqué, le groupe Canal + "salue le travail effectué par le Groupe Cybercriminalité de la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale de Rennes".

Cette pratique est bien sûr complètement illégale. Le site a été fermé ce lundi 24 juin 2019, à la demande des trois groupes médias, qui avaient déposé une plainte avec l'Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle (ALPA). Interpellés en juin 2018, les administrateurs présumés du site seront prochainement jugées devant le tribunal correctionnel de Rennes. Au cours des six derniers mois d'activité de beinsport-streaming.com, qui était visité par près de 500 000 internautes tous les mois. Les créateurs de la plateforme se rémunéraient grâce aux bannières publicitaires. On ne connaît pas le montant de ces recettes illégales mais de l'argent a été saisi lors de perquisitions.

Les prévenus encourent une peine de 10 ans de prison

Les cinq personnes mises en cause encourent une peine de 10 ans d'emprisonnement et 750 000 euros d'amende. Elles pourront être jugées pour délit de contrefaçon en bande organisée, ainsi que pour blanchiment aggravé. Le piratage des contenus sportifs est un fléau en pleine expansion et multiforme, qui grignote chaque jour un peu plus l’écosystème sportif, du sport professionnel au sport amateur, ainsi que l’industrie des médias et de la télévision payante. Altice aurait ainsi déboursé 350 millions d'euros par an pour les droits de la Ligue des champions, de 2018 à 2021.

En France, les sites pirates grappillent 10% à 20% des audiences de grands événements sportifs, selon les chiffres de Médiamétrie.

Découvrir plus d'articles sur :