Le système de pilotage automatique de Tesla a réduit de 40% le taux d'accidents de ses voitures, selon un rapport du gouvernement américain

US Department of Transportation

Le taux d'accidents des voitures Tesla a chuté de 40% depuis que le mode pilotage automatique a été installé pour la première fois, selon un rapport du gouvernement américain publié jeudi 19 janvier 2017. 

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l'agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière, a diffusé ce rapport après avoir terminé son enquête de six mois sur le premier accident mortel connu d'une voiture Tesla utilisant le système Autopilot de Tesla. La NHTSA n'a trouvé aucun défaut de sécurité dans la fonctionnalité de pilotage automatique de Tesla et n'émettra pas un avis de rappel des voitures. 

Selon le rapport, l'installation d'Autosteer sur les véhicules Tesla en 2015 a contribué à cette baisse drastique du taux d'accidents. Autosteer est une fonctionnalité phare du pilotage automatique. Elle offre une assistance au maintien du cap choisi, en permettant de conserver la voiture dans sa voie même à l'approche de virages.

Tesla a fourni au bureau chargé des enquêtes sur les défauts des véhicules des données concernant le kilométrage et le déploiement de l'airbag pour tous ses véhicules Model S et Model X ayant la technologie pilotage automatique et équipés entre 2014 et 2016. 

Les enquêteurs ont utilisé ces données pour calculer les taux d'accidents avant et après l'installation de la fonctionnalité.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour Tesla et son système de pilotage automatique, qui a fait l'objet d'un examen attentif dans les mois qui ont suivi l'accident mortel de mai 2016. Joshua Brown, 40 ans, conduisait un Model S de 2015 en mode pilotage automatique quand il a percuté une remorque en train de tourner à gauche face à sa voiture.

National Transportation Safety Board

Après cet accident survenu en mai 2016, Tesla a indiqué dans un post de blog que le système de pilotage automatique n'avait pas remarqué "le côté blanc du remorqueur à cause du ciel très clair, donc le frein n'était pas enclenché." 

Selon le rapport, il n'y a aucun défaut du système de pilotage automatique de Tesla qui soit responsable de l'accident. Le rapport affirme qu'on ne devait pas s'attendre à ce que le système de pilotage automatique de Tesla détecte l'arrivée d'une voiture qui allait lui couper le passage et que le conducteur avait assez de temps (7 secondes) pour appuyer sur le frein avant d'entrer en collision avec le camion.

Version originale: Danielle Muoio/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla recrute un ingénieur-clé d'Apple pour diriger son système de pilotage automatique

VIDEO: Ces 5 choses que vous avez apprises à l'école ne sont plus vraies