Le télescope Hubble a repéré un astéroïde à 2 queues et les scientifiques pensent qu'il s'autodétruit

L'astéroïde 6478 Gault avec deux traînées de débris comme celles d'une comète. NASA/ESA/University of Hawaii/European Southern Observatory

Dans l'espace, personne n'entend un astéroïde crier. Mais des astronomes viennent d'utiliser le télescope Hubble, développé par la NASA avec la participation de l'Agence spatiale européenne (ESA), pour en voir un se détruire. Un astéroïde de quatre kilomètres de large, appelé "Gault 6478", a été découvert pour la première fois en 1988, et à première vue, il ressemblait à plusieurs des 800 000 autres roches spatiales connues. Mais en janvier dernier, les astronomes ont vu quelque chose d'étrange dans les images du télescope : Gault est devenu "actif" et une grosse queue brillante a poussé — un peu comme celle d'une comète. Elle s'étendait sur plus de 804 672 km de long. Une deuxième queue plus pâle a été découverte plusieurs semaines plus tard.

Certaines roches spatiales ressemblent initialement à des astéroïdes mais plus tard, se révèlent être des comètes lorsqu'elles passent près du Soleil. La poussée de l'énergie solaire peut réchauffer la glace et d'autres composés gelés cachés sous des couches de poussière, transformant ces matériaux en gaz et amenant la roche à rejeter des débris de comètes pour former une longue queue luisante.

L'astéroïde Gault ne semblait pas entrer dans cette catégorie de roches spatiales, puisqu'il se trouve à environ 344,4 millions de km du Soleil, sur une orbite assez circulaire entre Mars et Jupiter. Autrement dit, Gault ne s'est jamais rapproché du Soleil. Les scientifiques se sont donc demandé si une autre roche spatiale était entrée en collision avec Gault, éparpillant ses entrailles poussiéreuses partout dans l'espace.

Aujourd'hui, grâce aux multiples observations de la NASA et du télescope spatial Hubble de l'ESA, le mystère semble résolu : Gault est en train de s'effondrer. "Cet événement d'autodestruction est rare", a déclaré Olivier Hainaut, astronome à l'Observatoire européen austral, dans un communiqué de presse. "Des astéroïdes actifs et instables comme Gault ne sont détectés qu'à l'aide de nouveaux télescopes qui balayent tout le ciel, ce qui signifie que les astéroïdes comme Gault qui se comportent mal ne peuvent plus échapper à la détection."

Olivier Hainaut et ses collègues du monde entier ont soumis une étude sur cette découverte à la revue scientifique "Astrophysical Journal Letters", qui l'a acceptée pour une publication à venir. L'équipe a déterminé qu'un comportement étrange appelé "l'effet YORP" est responsable de la disparition continue de Gault, qui pourrait finir par disparaître.

L'effet YORP

La localisation et l'orbite de l'astéroïde Gault 6478 par rapport à la Terre, le Soleil et autres objets du système solaire. ESA/Hubble; Business Insider

L'effet YORP tire son nom de quatre scientifiques qui ont contribué à sa découverte : Ivan Yarkovsky, John O'Keefe, Vladimir Radzievskii et Stephen Paddack. Ce qui l'alimente, c'est la lumière du Soleil. Lorsque nous sortons, la lumière du Soleil nous réchauffe la peau, mais elle n'est pas assez puissante pour nous faire déplacer physiquement. Pourtant, dans le vide spatial, les choses se passent différemment : il n'y a pas de friction, et les objets peuvent orbiter autour d'une étoile et persister pendant des millions, voire des milliards d'années.

Même sur des objets fabriqués par l'Homme, comme une mince feuille réfléchissante, la lumière du Soleil peut générer suffisamment de puissance pour propulser un véhicule dans l'espace.

L'effet YORP décrit un phénomène dans lequel la lumière du Soleil frappe un astéroïde de façon inégale ou une partie de la surface de la roche qui absorbe préférentiellement cette énergie. Dans ce cas, la disparité peut accélérer progressivement la rotation d'une comète. Avec le temps, cela peut amener la roche spatiale à se mettre à tourner si vite qu'elle se déchire d'elle-même. Ce phénomène expliquerait pourquoi Gault a fait naître des queues alors qu'il se situe si loin du Soleil. 

Dans le cas de Gault, les images du télescope Hubble et les observations de suivi effectuées par des télescopes sur Terre suggèrent que l'astéroïde tourne toutes les deux heures environ. Les chercheurs ont calculé que cette méthode était assez rapide pour contrecarrer la gravité de Gault à la surface, permettant à la saleté et à la poussière de se détacher ou de tomber. Mais qu'est-ce qui a causé l'explosion soudaine et la formation de la queue de Gault fin 2018 après d'innombrables années d'inactivité ?

Jan Kleyna, astronome à l'Université d'Hawaii et auteur principal de l'étude, a déclaré dans un communiqué de presse : "Même une petite perturbation, comme un petit impact d'un caillou, pourrait avoir déclenché les récents accès de colère de Gault". "Il pourrait avoir été au bord de l'instabilité pendant 10 millions d'années."

Olivier Hainaut a déclaré que l'avenir de Gault sur le long terme est inconnu. Il peut finir par se briser en deux gros morceaux, ou les débris peuvent se recoller sous l'effet de la gravité, formant ainsi un astéroïde d'une nouvelle forme.

"Dans tous les cas, cela va libérer beaucoup de poussière, ce qui sera spectaculaire", a déclaré Olivier Hainaut à Business Insider dans un email. "La pression des radiations du Soleil dispersera la poussière, laissant soit le nouveau Gault, soit le système binaire/multiple derrière elle."

Étant donné le nombre d'astéroïdes dans le système solaire, Jan Kleyna, Olivier Hainaut et leurs collègues s'attendent maintenant à ce que les télescopes spatiales à ciel ouvert, dont les performances ne cessent de s'améliorer, voient soudain des phénomènes semblables à ce qui arrivent à Gault environ une fois par an. 

Version originale : Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 10 risques qui planent sur la survie de l'humanité dans les 50 prochaines années — d'une guerre nucléaire aux supervolcans

VIDEO: Ces béquilles innovantes facilitent la vie de ceux qui les utilisent